S'abonner
Constructeurs

VSP : l'âge de la maturité !

Publié le 24 octobre 2003

Par Alexandre Guillet
13 min de lecture
Plus élégante, plus confortable, plus habitable, la minivoiture a perdu ses complexes. D'autant plus que le durcissement des contrôles de vitesse lui donne raison. Une aubaine pour cette spécialité typiquement française qui s'exporte de mieux en mieux en Europe. Quel chemin parcouru depuis...
...les premières voitures sans permis (VSP) des années 80, leurs roues de bagagère, leur moteur de Mobylette et leur inimitable style de cube à roulettes. C'est sur cette base que s'est pourtant construit un marché solide et durable (30 000 VN/an en Europe) ainsi qu'un véritable tissu industriel, où des entreprises comme Aixam ou Ligier sont devenues d'authentiques spécialistes de l'aluminium et du thermoformage.Cette révolution, la minivoiture la doit à l'arrivée du moteur Diesel qui lui a offert une fiabilité et un confort d'utilisation que le moteur 2 temps ne pouvait évidemment pas offrir. En parallèle, les constructeurs se sont de plus en plus inspirés de l'automobile, Aixam ouvrant la brèche avec une voiture qui n'était pas sans rappeler la Twingo. Le résultat fut sans appel : Aixam domine de la tête et des épaules les marchés français et européens, en s'y attribuant presque la moitié des ventes !Plus récemment, Microcar (une filiale du groupe Bénéteau) est allé encore plus loin avec sa nouvelle MC1, dont l'esthétique n'a pas à rougir face à une Audi A2... Accidents "zéro" En fait, même si ce marché de la minivoiture s'appuie toujours sur une clientèle de seniors, les constructeurs semblent avoir perdu leurs complexes, n'hésitant plus à développer de vraies mini... voitures.Une tendance qui est certainement le résultat de l'ouverture du marché européen, au milieu des années 90. Jusqu'alors limitée à la France, la minivoiture s'attaquait d'un coup à l'Espagne, l'Italie, le Portugal, la Belgique, l'Autriche... De 8 000 voitures en France, on passait en quelques années à 30 000 voitures en Europe. Une véritable aubaine pour la petite dizaine de constructeurs (on en compte aujourd'hui six en France et trois en Italie) qui sautaient sur l'occasion pour développer leur production en même temps qu'ils rationalisaient leur mode de construction. ZOOM Prix moyen : 10 700 euros Le prix moyen des minivoitures vendues en France s'établit à 10 700 euros, soit 70 000 F environ. Chez certaines marques, c'est même plus proche de 72 000 F que de 70 000 ! Les clients recherchent en effet les voitures les plus confortables, les mieux équipées. Aixam avait tenté dans les années 90 de "casser" les prix avec des versions à moteur monocylindre : sans succès ! Mais ce développement soudain de la minivoiture en Europe était de courte durée. Trop vite "gavés" (en VN, mais aussi en VO, pas toujours de première jeunesse !), les nouveaux marchés stagnaient rapidement. L'Europe de la minivoiture n'était pas l'eldorado espéré : on passait vite de 32 000 à 25 000 ventes. On était loin des 50 000 unités un moment envisagées ! Il était temps de redescendre sur terre et de bétonner ces nouveaux acquis. Car la réaction des pouvoirs publics de plusieurs pays ne se faisait pas attendre. Inquiets de la prolifération de ce nouveau véhicule, certaines administrations dégainaient des menaces de permis, voire même passaient à l'acte, comme en Norvège. Une situation vite analysée par les c[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle