S'abonner
Constructeurs

Responsable de com’, une vie d’artiste ?

Publié le 3 septembre 2004

Par Tanguy Merrien
9 min de lecture
Travaillant dans l'ombre pour être exposées en pleine lumière lorsque la situation l'exige, les responsables de communication de haut niveau dessinent leur fermeté en un sourire implacable. Femmes de pouvoir, assujetties à "la raison d'état", l'image du groupe, elles puisent dans leurs...
Travaillant dans l'ombre pour être exposées en pleine lumière lorsque la situation l'exige, les responsables de communication de haut niveau dessinent leur fermeté en un sourire implacable. Femmes de pouvoir, assujetties à "la raison d'état", l'image du groupe, elles puisent dans leurs...
Travaillant dans l'ombre pour être exposées en pleine lumière lorsque la situation l'exige, les responsables de communication de haut niveau dessinent leur fermeté en un sourire implacable. Femmes de pouvoir, assujetties à "la raison d'état", l'image du groupe, elles puisent dans leurs...
...aspirations artistiques la force de leur discrétion volontaire et d'une relation sereine avec leur environnement. Images. "Les rapports vrais" Rencontrer un patron de communication, qui plus est en charge de l'organisation de grands Salons professionnels, incite à la prudence ; nul n'efface d'office ce soupçon éprouvé face au détenteur de la puissance du mot et de sa dialectique. Danielle Larrivière dispose de ce pouvoir, de ce don, mais elle le tourne à l'avantage de l'autre. Une histoire de cœur, dit-elle. Communication - Passion. Lorsqu'on demande à Danielle Larrivière ce qui l'a poussée à entrer "en communication", cela l'étonne tant la question n'a pas lieu d'être. Elle a toujours été dans la communication, aussi loin que se porte son souvenir, et aussi en politique : en communication institutionnelle en somme. Oui, toujours. Bien sûr, il y a eu les études, une licence de droit, une école de journalisme, quelques formations mais, tout de suite, elle se tourne vers ce qui lui plaît, la communication et en particulier la communication politique. Dans un milieu d'hommes. Cela ne la gêne pas, au contraire. Elle découvre les hommes - tous des décideurs - sous un jour nouveau : un brin virils, voire très virils (ainsi en automobile), et terriblement affectifs. "Cette amitié virile me convient bien", reconnaît-elle avant d'ajouter que ce qui la passionne "c'est d'être à l'écoute de l'autre et d'essayer d'apprendre aux hommes politiques à parler vrai, à faire parler leur cœur". Ce qui l'a amenée à prendre ce métier de conseiller en communication politique ? Les hasards de la vie et sans doute aussi, au sortir des études, le goût du pouvoir ? Elle n'en est pas si sûre. Il y avait cette envie, probablement. Mais aujourd'hui, c'est la relation avec autrui qui lui revient comme un moteur de pensée, un vecteur d'énergie. D'ailleurs, elle reprend, comme en passant, sa définition de la communication : "La communication, c'est essayer de transformer les choses en écoutant l'autre, choisir d'établir des rapports vrais, approfondir les relations ; tout le contraire de la superficialité." Et d'en faire[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle