S'abonner
Constructeurs

Prévisions de vente 2007 : Place à la raison

Publié le 19 janvier 2007

Par Alexandre Guillet
27 min de lecture
Echaudées par un marché très difficile en 2006, notamment au cours des derniers mois, les marques deviennent plus raisonnables dans leurs prévisions 2007, Volkswagen tablant même sur un très léger retrait de ses ventes. Certaines préfèrent ne plus communiquer du tout, à l'image de Renault...
...et Citroën… Comme d'habitude, rares sont les marques qui ont réalisé leurs objectifs de vente cette année. Au-delà de cette performance, elles ont le mérite d'avoir déjà atteint leurs objectifs l'année dernière ! Saluons donc ces 6 marques qui ont, une nouvelle fois, vu juste : Volkswagen, Mercedes, Audi, Mini, Skoda et Suzuki. Saluons également Toyota qui, chaque année, est très proche de son objectif et réalise toujours, d'une année sur l'autre, une progression significative de ses ventes. Pour d'autres, les déconvenues ont été douloureuses… Chevrolet, qui dépassait largement les 8 000 ventes qu'il s'était fixées en 2005, a été trop ambitieux pour 2006 en visant 12 000 ventes et doit se contenter de 7 100. Kia qui visait 25 000 ventes n'en réalise que 15 000. On imagine l'impact de telles erreurs de prévisions dans des réseaux constitués souvent de petites entreprises. Faut-il évoquer le cas Nissan, qui rate de 30 % son objectif ? Le marché y est pour quelque chose bien sûr, mais ce n'est pas non plus la crise, il n'a reculé que de 3 %. Toujours est-il qu'il devient de plus en plus difficile d'obtenir des chiffres de la part des intéressés, en particulier lorsqu'il s'agit de détailler leur mix par modèle. Cette année davantage que par le passé, nous avons donc dû jouer les prévisionnistes, notamment pour les deux marques françaises, Renault et Citroën, échaudées par des pronostics trop ambitieux, qui ont décidé de ne pas communiquer. Il faut dire qu'à eux deux, c'est 90 000 ventes prévues qui n'ont pas été réalisées… Qu'à cela ne tienne, nous avons estimé tant bien que mal leur volume, tablant même sur une baisse des ventes de Citroën, et parvenant ainsi, en additionnant l'ensemble des prévisions, à un marché beaucoup moins irréaliste que par le passé : 2,116 millions de VP. Mais pour l'ensemble des acteurs, le vrai marché restera aux alentours des 2 millions et devrait être influencé par le résultat des élections. Bonne lecture… Renault espère repartir de l'avant en 2007 Faute de lancements significatifs, Renault s'attendait à traverser une année difficile. Et il n'y a pas eu de miracle… Au niveau du VP, l'érosion des ventes a même été plus prononcée que prévu (voir entretien avec Jacques Chauvet). Au final, la marque recule de 9,8 % en France (- 4 % au niveau mondial). Patrick Blain, directeur général adjoint et directeur commercial du groupe, refuse toutefois de broyer du noir : "Ce recul s'explique par l'absence de nouveaux produits et par l'accélération de la mise en place de notre politique commerciale sélective centrée sur la rentabilité et les ventes à particuliers". Les ventes LCD ont été réduites, ainsi que les volumes VD (- 18 %). En outre, le groupe assure avoir travaillé positivement sur les valeurs résiduelles (Scenic 2 et Clio notamment). Par ailleurs, la Logan vient aussi panser les plaies, avec un bond à 18 794 ventes pour 0,9 % de part de marché. Il n'en demeure pas moins que l'exercice 2006 est à oublier rapidement, surtout pour les distributeurs qui voient leur rentabilité se réduire à une peau de chagrin. Pour 2007, la marque table sur un marché hexagonal stable et s'attend à une année en deux temps : un 1er semestre toujours baissier, puis une croissance au second semestre, via les nouvelles Twingo et Laguna. De son côté, Logan devrait continuer à progresser nettement, surtout avec l'impact de la version MCV. Impact qui se fera sans doute en partie au détriment de certains véhicules Renault, comme le Kangoo, par exemple… Au final, Patrick Blain annonce une légère progression, mais refuse de donner le moindre ordre de grandeur. GROUPE PSA Peugeot table sur une progression de 20 % du couple 206/207 Peugeot a vu sa part de marché progresser de 0,2 point en 2006 à 17,7 % du marché VP. Au niveau des ventes à particuliers, la marque annonce une part de marché également en hausse, à 18,3 %. Pourtant, ses ventes sont en léger retrait et elle rate de 5 % son objectif de vente 2006, soit 20 000 ventes qui manquent à l'appel et qu'il faut mettre à part égale au passif de 1007 et de 407. En 2005, déjà, le petit monospace original de la marque avait subi "une montée en puissance plus lente que prévue", analysait Frédéric Saint-Geours, avec 18 000 ventes réalisées au lieu des 30 000 prévues. En 2006, malgré un objectif revu à la baisse, à 23 000 unités, il lui a encore manqué 10 000 ventes. Echaudée, la marque ne nous donne pas d'objectif 2007 pour ce modèle que nous ne voyons pas dépasser les 12 000 ventes. La 407, pour sa part, a peut-être trop compté sur ses nouvelles motorisations Diesel lancées au printemps ou sous-évalué la concurrence de la Passat, toujours est-il que les volumes réalisés en 2005 (68 000 ventes) sont bien loin. Après les 54 600 ventes de 2006, la marque est devenue plus que raisonnable et vise 45 800 ventes pour 2007.Au total, sur un marché estimé à 2,070 millions de VP, Peugeot se voit gagner quelques points de parts de marché pour revenir à 18 %. Il faut dire qu'elle va bénéficier de l'offre 207, en année pleine et de l'arrivée de nouveaux "pétales", notamment la CC au printemps (et la SW dans la foulée ?). Ainsi, de 77 600 ventes en 2006, elle doit passer à 135 500. Cela peut paraître beaucoup mais elle sera cannibalisée par la 206 (65 200 ventes en 2006) qui va entamer sa fin de carrière, avec 36 000 ventes prévues. Au total, le couple 206 + 207 doit réaliser une progression de 20 %. La marque est raisonnable sur ses autres prévisions (107, 307 et 407). Au vu des objectifs annoncés par Citroën pour son C-Crosser, nous avons tablé sur 5 000 ventes pour le 4007 qui sera lancé au troisième trimestre. Citroën va bénéficier d'un tout nouveau Picasso Drôle d'année 2006 pour Citroën. La marque aux chevrons a dépassé la barre de 1,4 million d'unités vendues dans le monde et est la seule marque française à afficher une croissance de ses volumes (+ 0,8 %).  Mais nul n'est prophète en son pays… Sur un marché en retrait de 3,3 %, la marque perd 13 351 unités (- 4,9 %) pour terminer l'exercice 2006 à 257 950 immatriculations et une part de marché VP de 12,9 %. Elle passe surtout à 40 000 ven[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle