S'abonner
Constructeurs

Motrio : La boîte à malices

Publié le 24 février 2006

Par Tanguy Merrien
5 min de lecture
Que fait un constructeur, fervent défenseur de la pièce d'origine lorsqu'il se met à vouloir réparer d'autres véhicules que les siens ? Il utilise, a priori, des pièces d'origine. Logique, mais pas toujours. Il arrive, en l'occurrence, que la pièce soit plus proche de l'adaptable que de l'origine....
...Qu'y a-t-il dans une boîte Motrio ? A ma droite, le marché de la pièce de rechange qui représente pas moins de 20 milliards d'euros en France. D'où, sans doute, la prolifération de réseaux de réparations multimarques appartenant, ou non, aux constructeurs. A ma gauche Renault qui, dans une publicité radiophonique, défend la qualité de ses réparations en se réclamant de la pièce d'origine. A l'instar d'un Eurorepar (Citroën) ou d'un Motorcraft (Ford), Renault a lui aussi lancé, en 2003, sa propre enseigne de réparations multimarques : Motrio. Outre les PLV et autres calicots, les réparateurs Motrio travaillent avec des pièces… Motrio. En toute logique, partant du postulat que Motrio, c'est aussi Renault et que Renault n'utilise que de la pièce d'origine, alors les boîtes Motrio ne contiennent que des pièces d'origine. Le syllogisme est parfait et pourtant, rien n'est moins sûr. Que contiennent réellement ces boîtes, à première vue anodines, estampillées Motrio ? Où et par qui les pièces Motrio sont-elles fabriquées ? La définition donnée par le constructeur lui-même sur le site Internet de l'enseigne est la suivante : "Gamme complémentaire destinée à la réparation de toutes les marques de véhicules. Motrio se positionne aussi comme une gamme altern[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle