S'abonner
Constructeurs

Leçon de multimarquisme

Publié le 28 avril 2006

Par Alexandre Guillet
4 min de lecture
Quand une marque rouge doit faire place pour accueillir une marque bleue… ou comment la concentration aboutit au phénomène contraire à l'objectif, favoriser le multimarquisme. Pour changer, partons d'une situation "micro", concernant un concessionnaire opérant dans...
...une grande ville. Les faits sont authentiques et récents (mars/avril). Ils se sont déroulés dans une grande ville européenne. Les marques impliquées sont des généralistes européens de premier plan. Pour ne faire de tort à personne, nous utiliserons ici les termes "bleu" et "rouge" pour désigner les constructeurs concernés, comme le font les militaires pour désigner les antagonistes lors des manœuvres… ce qui ne veut pas dire que le bleu et le rouge sont les couleurs des marques concernées, ou même l'inverse. Les faits Le marché toutes marques de la ville est supérieur à 100 000 unités. La marque rouge est une marque importée très affirmée et ceci depuis des décennies. Au fil des ans, le constructeur rouge a pratiqué une politique de regroupement de ses concessions : il y en avait une dizaine[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle