S'abonner
Constructeurs

Le tuning s’autonormalise

Publié le 5 mars 2004

Par Alexandre Guillet
3 min de lecture
La vitrine médiatique que représente le Paris Tuning Show a été l'occasion pour la toute nouvelle Fédération interprofessionnelle des accessoires automobiles de présenter ses objectifs. L'un de ses principaux buts est de mettre fin au flou qui règne aujourd'hui dans les normes qui encadrent le...

...tuning.


Depuis l'apparition du phénomène du tuning en France, dont la montée en puissance coïncide avec la fin des années 90, le secteur souffrait d'une carence : l'absence d'une instance représentative. Un manque d'autant plus préjudiciable que les normes censées réglementer le tuning sont, encore aujourd'hui, pour le moins vagues. Saisissant le taureau par les cornes, une trentaine de professionnels ont créé en juin dernier la Fédération interprofessionnelle des accessoires automobiles (FI2A). "Devant l'avancée des directives européennes, le flou de certaines législations, il semblait urgent de travailler à clarifier les situations et à anticiper les marchés de demain", soulignent les promoteurs de la FI2A. L'un des buts avoués de ce syndicat professionnel est bien de redorer l'image du tuning en France afin que son image de marque soit la même que dans un pays comme l'Allemagne, c'est-à-dire normalisée et bien acceptée par tous, y compris par les autorités. A terme, l'objectif est également de pouvoir capter une nouvelle clientèle jusqu'alors peu intéressée par ce phénomène, voire quelque peu effrayée. "Nous avons ressenti un besoin de clarifier et de normaliser le tuning. Nombre de réglementations ne sont pas claires. Certaines transformations ne sont ni interdites, ni vraiment autorisées. Parfois, nos clients ont des surprises lors de contrôles, explique Jacques Davin, président de la FI2A. Il faut également faire un peu de ménage parmi les professionnels et surtout dialoguer avec les pouvoirs publics, en particulier avec les Drire et le ministère des Transports."

Dix commissions techniques

Aux dires de son président, la nouvelle fédération va consacrer l'essentiel de l'année en cours à un travail d'analyse de l'ensemble de la réglementation, y compris européenne, afin d'effectuer un véritable état des lieux. A partir de 2005, elle devrait faire ses premières propositions. "Des normes européennes, en particulier sur tous les produits de liaison au sol, vont arriver. Le ministère des Transports nous a expliqué avoir besoin d'interlocuteurs pour voir comment les appliquer. Nous devons aussi travailler sur la question du recyclage, notamment du chrome", poursuit Jacques Davin. "Nous allons avoir recours à des experts afin de proposer aux pouvoirs publics des normes qui soient acceptables par tous. Il ne faut plus qu'il subsiste de flou sur la législation", explique Yvan Lacroix, commissaire général du Paris Tuning Show et membre du bureau de la FI2A. Pour ce faire, un certain nombre de commissions techniques ont été créées, par exemple sur les équipements extérieurs, sur les systèmes d'échappement, sur les suspensions, sur les jantes et pneumatiques ou encore sur les châssis. Parmi les autres objectifs de la FI2A : établir une charte de qualité de l'adhérent, mettre en place un label produit pour les accessoires, élaborer des fiches conseil pour les revendeurs et le public ou encore s'opposer à la contrefaçon.


Cyril André





ZOOM

La clientèle tuning en France

La clientèle tuning se divise en deux groupes. D'une part, le tuning "jeune et fun", dont le représentant type est un homme de moins de 25 ans avec des revenus modestes. Il consacre la quasi-totalité de ses revenus à sa passion et se charge lui-même des modifications esthétiques. D'autre part, le "tuning prestige" avec comme client type un homme de 30 à 35 ans, de CSP +, amateur d'innovation technologique, qui cible les grandes marques et fait appel à des professionnels pour opérer les transformations.

Voir aussi :

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Pour vous tenir informés de toute l'actualité automobile, abonnez-vous à nos newsletters.
Inscription aux Newsletters
cross-circle