S'abonner
Constructeurs

La globalisation à tout prix

Publié le 5 décembre 2003

Par Alexandre Guillet
10 min de lecture
Suivre la demande au plus près, tel est le leitmotiv de l'industrie automobile qui se déploie de plus en plus vers les marchés émergents, principalement l'Asie et l'Europe de l'Est. Les perspectives de croissance y sont en effet fort alléchantes, mais les risques y sont d'autant plus élevés,...
...notamment pour les plus petites entreprises… Se satisfaire d'un seul marché n'est aujourd'hui plus possible pour les entreprises de l'industrie automobile. Thierry Morin, président du directoire de Valeo, estimait ainsi récemment que, "il y a sept ou huit ans, les enjeux pour travailler en OEM étaient les mêmes qu'actuellement, avec toutefois une différence : la globalisation n'était pas encore nécessaire". C'est aujourd'hui un facteur discriminant pour emporter les contrats auprès des constructeurs automobiles. Ceux-ci ont en fait amorcé le mouvement, en multipliant leurs implantations dans de nombreux pays afin d'augmenter la taille de leur marché, et ils ont ensuite incité leurs fournisseurs à les suivre. Toute la filière est ainsi concernée, qu'il s'agisse des plus grands équipementiers de premier rang ou des PME qui leur fournissent des pièces. Il est en effet important pour une nouvelle usine de pouvoir compter sur un réseau de fournisseurs qualifiés pour lancer la production et ils font donc appel à ceux avec lesquels ils ont l'habitude de travailler. Aujourd'hui, trois grandes régions représentent la plus grosse partie du marché mondial de l'automobile, l'Amérique du Nord, l'Europe occidentale et le Japon. Les marchés de ces régions sont toutefois parvenus à un seuil de maturité critique, la concurrence y fait rage et le potentiel de croissance atteint ses limites.Les constructeurs automobiles se sont alors tournés vers d'autres marchés où les perspectives à plus long terme se faisaient plus juteuses et ont commencé à se développer vers les marchés émergents. L'Amérique du Sud a ainsi fait l'objet de toutes les attentions avant que la crise économique et sociale ne refroidisse quelque peu les ardeurs des investisseurs étrangers. Aujourd'hui, deux autres régions semblent avoir particulièrement le vent en poupe : les pays de l'Europe de l'Est et de l'Asie, répartie entre la Chine d'un côté et l'Asie du Sud-Est de l'autre. Investir dans les pays émergents, un risque que les PME calculent sérieusement La demande dans ces pays ne cesse en effet de croître et, en 2002, les ventes ont ainsi augmenté de 12,4 % en Asie (sans le Japon) et de 9,7 % en Europe de l'Est. Vu le nombre d'habitants dans ces pays et leur taux de motorisation, encore largement inférieur à celui des marchés matures, la démarche des const[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle