S'abonner
Constructeurs

Georges Douin : “Si on ne me l’avait pas imposé, je l’aurais choisi”

Publié le 29 avril 2005

Par Tanguy Merrien
7 min de lecture
Entre 1992 et 1997, Georges Douin avait la responsabilité du Plan Produit, bureau qu'il dirige toujours aujourd'hui, en plus des opérations internationales. Cette période a notamment été marquée par l'élargissement de la gamme Renault dont la famille Mégane reste le point d'orgue. Ses prises de...
Entre 1992 et 1997, Georges Douin avait la responsabilité du Plan Produit, bureau qu'il dirige toujours aujourd'hui, en plus des opérations internationales. Cette période a notamment été marquée par l'élargissement de la gamme Renault dont la famille Mégane reste le point d'orgue. Ses prises de...
Entre 1992 et 1997, Georges Douin avait la responsabilité du Plan Produit, bureau qu'il dirige toujours aujourd'hui, en plus des opérations internationales. Cette période a notamment été marquée par l'élargissement de la gamme Renault dont la famille Mégane reste le point d'orgue. Ses prises de...
...décisions et sa capacité d'écoute ont étonné ses collaborateurs pour qui la gamme Renault ne serait pas ce qu'elle est aujourd'hui sans lui. Rémi Deconinck connaît bien Georges Douin. Et pour cause : celui qui est aujourd'hui directeur du Plan Produit a travaillé directement sous la direction de Georges Douin de 1995 à 1997 avant que ce dernier ne prenne en charge la direction des opérations internationales en plus de la direction du Plan Produit. Rémi Deconinck est donc un parfait témoin de l'époque où Georges Douin avalisait ou non le lancement d'un nouveau modèle. Parallèlement, il a connu de l'intérieur son évolution professionnelle quand il a dû prendre en charge les opérations internationales, délaissant quelque peu son premier amour, le produit. "Georges Douin est un technicien, il est proche du produit. Alors, évidemment, prendre la tête de l'international au sein du groupe, c'est une voie différente. Lui, le polytechnicien, a dû passer à un aspect beaucoup plus business, à une dimension plus stratégique. Ce n'est pas pour autant qu'il n'a pas réussi. Bien au contraire", raconte Rémi Deconinck. Ce dernier ne tarit pas d'éloges sur l'homme qui fut pendant cinq ans le directeur du Plan Produit. "Georges Douin était avant tout un motoriste brillant. Il a toujours su comprendre un véhicule, l'analyser, le décortiquer. En outre, il savait être proche des ingénieurs et tirer le meilleur d'eux. Pour toute une équipe, imaginez le gain de temps, et la valeur pour des ingénieurs d'avoir un patron qui non seulement les écoute, mais surtout les comprend !", s'exclame Rémi Deconinck qui ne peut s'empêcher d'ajouter une anecdote à ses affirmations : "Nous sommes allés en Chine, il y a sept ans de ce[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle