S'abonner
Constructeurs

Georges Douin : “Deux ou trois petites choses que je sais de l’automobile”

Publié le 6 mai 2005

Par Alexandre Guillet
14 min de lecture
A l'occasion d'un déjeuner organisé avec les membres du jury et de la cérémonie de remise de son prix, l'Homme de l'Année 2004, Georges Douin s'est prêté de bonne grâce au jeu des questions-réponses. Offrant un camaïeu d'affabilité, d'humour, de modestie et de profondeur sur de multiples thèmes....
...Morceaux choisis à picorer et à méditer. > 37 ans chez Renault Pourquoi Renault plus qu'un autre constructeur ? Disons tout simplement que chez les Douin, on était plutôt Renault. Comme d'autres familles sont plutôt Citroën ou Peugeot. Nous, c'était Renault. Et je ne me suis pas posé mille questions. Je sortais de l'école et, à cette époque, il y avait des postes à pourvoir et des conditions attractives. Donc, c'était naturel. > La tentation de travailler chez un autre constructeur Je n'ai pas le souvenir d'avoir été démarché, maintenant je peux le dire ! J'aurais effectivement pu être tenté par un autre constructeur, mais cela aurait été difficile en France. De nombreux constructeurs sont intéressants, je pense notamment à des américains ou à des japonais. > Les troubles de mai 68 à BillancourtJ'étais arrivé l'année précédente et je m'en souviens bien entendu très bien. Tout était bloqué… Il était impossible de faire quoi que ce soit… Bref, je ne suis jamais allé autant à Roland-Garros que cette année-là ! En plus, c'était pratique, à l'époque, il n'y avait pas besoin d'acheter ses places à l'avance ! > Une femme Homme de l'Année Il est évident que ce serait sympathique. Mais pas seulement sympathique, significatif aussi. D'ailleurs, ça m'aurait fait plaisir d'être battu par Odile Desforges (NDLR : directeur des achats de Renault et P-dg de RNPO) lors de cette élection. > La fin d'Alpine au profit de Renault SportIl est surprenant de constater que la Berlinette conserve une telle aura alors que nous n'en avons vendu que 7 500 unités ! Mais il ne faut pas se leurrer : la notoriété d'Alpine reste strictement franco-française. Par ailleurs, il s'agissait d'une marque datée qui n'avait pas véritablement d'avenir. Enfin, il y a un problème juridique lié à l'appellation Alpine qui ne nous appartient pas dans tous les pays. Je pense par exemple au Royaume-Uni. Bref, la décision d'opter pour Renault Sport était la bonne. Renault Sport a fait ses preuves. Au niveau des produits, avec une Clio Renault Sport très aboutie notamment. Au niveau commercial aussi, en attirant des clients plus jeunes et plus fortunés. FOCUSLes félicitations de Louis Schweitzer Lors de la cérémonie de remise du prix de l'Homme de l'Année à Georges Douin, Louis Schweitzer a tenu à monter sur scène pour dire quelques mots à son proche et fidèle collaborateur. "Georges Douin nous dit qu'il a rejoint Renault parce que sa famille était plutôt Renault… Et bien alors, je tiens à remercier sa famille d'avoir été plutôt Renault ! Plus sérieusement, je remercie Georges pour tout ce qu'il a réalisé au sein du groupe. Il appartient au cercle des personnes exceptionnelles qui comptent dans l'histoire et la réussite d'un constructeur. Par ailleurs, petite confidence, je reconnais que Georges m'a parfois fait peur… Parce que comme vous avez pu le constater ce soir, il dit beaucoup de choses en très peu de mots… Notamment à la presse ! Alors que normalement, l'exercice consiste à dire très peu de choses en beaucoup de mots !" > L'impact de la Formule 1La F1 sert notre notoriété au premier degré. De façon très directe et très précieuse. Elle permet à Renault d'être connu là où il ne l'est pa[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle