S'abonner
Constructeurs

Entretien avec Jacques Martin, directeur de l’OTC (UTAC)

Publié le 9 juin 2006

Par Frédéric Richard
8 min de lecture
"L'amortissement, on ne sait pas ce que c'est ! Il n'y a pas de norme" Le rôle du contrôle technique en matière de sécurité n'est plus à démontrer. Reste que la mesure de l'efficacité de la suspension n'est toujours pas réalisée et constitue un vrai...
...casse-tête pour l'OTC, l'Organisme technique central. Son directeur, Jacques Martin, nous explique. Journal de l'Automobile. Pouvez-vous décrire brièvement le rôle de l'OTC au sein de l'Utac ?Jacques Martin. Depuis de nombreuses années, l'Utac est agréé par l'administration française, pour procéder aux essais d'homologation de ses propres réglementations nationales. Par ailleurs, depuis l'apparition de l'Union européenne, nous sommes habilités auprès de Bruxelles pour réaliser des homologations selon les directives européennes, au même titre que le TuV allemand. Dans ce cadre nous avons deux fonctions principales dans le secteur automobile. Tout d'abord, la réglementation à la construction, qui touche tout ce qui roule (4 roues, 2 roues…) et qui vise à homologuer, comme son nom l'indique, un véhicule avant sa commercialisation. Par ailleurs, en ce qui concerne le contrôle technique, l'OTC est chargé de trois principales missions. Nous devons assister l'administration pour l'agrément des opérateurs de contrôle technique, puis les suivre afin d'assurer un niveau de qualité constant. L'OTC occupe également un rôle de validation des progrès dans les méthodes et les matériels de contrôle, de façon à pouvoir garantir une cohérence avec les véhicules et également adapter la formation et l'information des contrôleurs. Troisièmement, et c'est là que nos effectifs sont les plus larges, nous avons une mission de collecte et de traitement des résultats informatiques des contrôles techniques, à des fins statistiques, de surveillance des opérateurs et du système global. Tout cela pour valider continuellement l'homogénéité du contrôle technique. On cherche en effet à ce que le contrôle soit traité de la même manière quel que soit le centre, quel que soit l'opérateur, quel que soit le réseau. JA. Comment se passe la mise en place d'un[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle