S'abonner
Constructeurs

Entretien avec Andre Bodis, Directeur de REA et P-dg de RFA

Publié le 30 avril 2004

Par Alexandre Guillet
7 min de lecture
Trois ans après sa création, Renault Europe Automobiles, qui gère 260 points de vente de Renault dans 12 pays, est en phase avec ses objectifs de rentabilité. Le directeur de cette business unit, André Bodis, nous explique son plan de développement dans les Peco et le redressement qu'il attend...
Trois ans après sa création, Renault Europe Automobiles, qui gère 260 points de vente de Renault dans 12 pays, est en phase avec ses objectifs de rentabilité. Le directeur de cette business unit, André Bodis, nous explique son plan de développement dans les Peco et le redressement qu'il attend...
Trois ans après sa création, Renault Europe Automobiles, qui gère 260 points de vente de Renault dans 12 pays, est en phase avec ses objectifs de rentabilité. Le directeur de cette business unit, André Bodis, nous explique son plan de développement dans les Peco et le redressement qu'il attend...
...du pôle parisien, encore déficitaire. Le Journal de l'Automobile : Renault Europe Automobiles a été créée en juin 2001. Cette business unit réunit l'ensemble des filiales de distribution de Renault en Europe, dont la filiale française RFA. Chacune d'elle reste dépendante juridiquement de la filiale d'importation de Renault dans le pays où elle se trouve, mais doit vous rendre des comptes en matière de résultat. Pouvez-nous nous rappeler la mission de REA ? André Bodis : Dans le cadre de sa stratégie de distribution, Renault a confié à REA la maîtrise de ses marques dans les grandes métropoles européennes. Il s'agit de garantir la performance commerciale et financière là où la concurrence est la plus forte et où le coût de l'immobilier et des salaires requiert des reins solides, une capacité à passer les vagues sur le long terme, ce qu'un concessionnaire ne peut pas toujours faire. En revanche nous sommes traités par Renault comme un concessionnaire, avec les mêmes conditions commerciales, les mêmes marges. J.A. : Et pourtant, une rentabilité qui, selon la direction commerciale de Renault, serait correcte, à 1,2 % du chiffre d'affaires. C'est aussi votre cas ? A.B. : Comme les concessionnaires, notre objectif est d'être rentables. Mais nos conditions de marché sont plus difficiles, nous supportons de lourds investissements pour réorganiser notre présence en France et nous développer dans les autres pays. Notre objectif de rentabilité est de 1 % du chiffre d'affaires, associé à 20 % des ventes du réseau Renault en Europe, à la fin d[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle