S'abonner
Constructeurs

Comment faire baisser le coût moyen de réparation ?

Publié le 24 février 2006

Par Alexandre Guillet
10 min de lecture
Le coût moyen de réparation est au cœur de tous les discours sur le marché de la réparation-collision. C'est le centre vers lequel convergent tous les nerfs de la guerre, parfois contradictoires, du secteur. L'œil rivé sur leurs grilles d'indicateurs économiques, les assureurs cherchent à...
Le coût moyen de réparation est au cœur de tous les discours sur le marché de la réparation-collision. C'est le centre vers lequel convergent tous les nerfs de la guerre, parfois contradictoires, du secteur. L'œil rivé sur leurs grilles d'indicateurs économiques, les assureurs cherchent à...
Le coût moyen de réparation est au cœur de tous les discours sur le marché de la réparation-collision. C'est le centre vers lequel convergent tous les nerfs de la guerre, parfois contradictoires, du secteur. L'œil rivé sur leurs grilles d'indicateurs économiques, les assureurs cherchent à...
...contenir ce coût moyen. Leurs experts sont missionnés dans ce sens. Les réparateurs n'ont rien contre, si cela ne se fait pas au détriment de leur marge… Les constructeurs non plus, si leurs profits sur les pièces ne sont pas affectés… Bref, peut-on vraiment faire baisser ce coût moyen ? La facture que les compagnies d'assurances et les mutuelles règlent chaque année au titre de la réparation-collision est lourde. En 2003, l'ardoise totale (chiffres consolidés) des sinistres automobiles, avec frais de gestion, s'est ainsi établie à 13 milliards d'euros. Dont la bagatelle de 8,5 milliards d'euros pour le poste "dommages matériels automobiles". Qui se décline comme suit : 5,5 milliards pour les réparations à proprement parler, et 3 milliards pour les véhicules en pertes totales (à la suite d'accidents et de vols) et pour le "bris de glace" (0,7 milliard sur pare-brise et optiques). Selon les estimations des assureurs, la charge des indemnités a augmenté en 2004, de l'ordre de 2 %, et aucune baisse significative n'est à attendre de l'analyse des données 2005. Si la charge des sinistres automobiles doit naturellement être mise en perspective avec des éléments macro-structurels (évolution du parc français et de sa composition, fréquence des accidents, etc.), il n'en demeure pas moins qu'elle reste aussi intimement liée à l'item du coût moyen de la réparation. Sujet que les assureurs suivent de près en cherchant, selon l'implacable logique du payeur, à lui donner une inflexion baissière. Selon les derniers chiffres communiqués par SRA et Sidexa, le coût moyen de la réparation en France s'est élevé à 1 144 e en 2004. C'est donc cette somme moyenne qu'il s'agit de maîtriser, voire de réduire. A priori limpide, la problématique se drape d'un voile d'opacité quand on démêle la pelote des acteurs concernés et des forces en présence. Assureurs, bien entendu, mais aussi les experts, souvent écartelés entre leurs impératifs financiers et la mise en jeu de leur responsabilité, les réparateurs, qui vivent directement de cette activité, et en toile de fond, les constructeurs, qui conçoivent les modèles, fixent les "temps barèmés" et le prix des pièces, et réalisent d'importants profits sur la vente de ces mêmes pièces. "Un coût moyen de réparation plutôt contrôlé ces dernières années&qu[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle