S'abonner
Constructeurs

Agent : un statut en voie de disparition

Publié le 10 octobre 2003

Par Alexandre Guillet
5 min de lecture
Le contrat de réparateur agréé secondaire assurera-t-il l'avenir des agents ? A terme, les constructeurs proposant cette option attendent que ceux-ci investissent pour passer réparateurs agréés. Le statut de réparateur secondaire ne serait donc que transitoire, l'intérêt inavoué pour les constructeurs...
Le contrat de réparateur agréé secondaire assurera-t-il l'avenir des agents ? A terme, les constructeurs proposant cette option attendent que ceux-ci investissent pour passer réparateurs agréés. Le statut de réparateur secondaire ne serait donc que transitoire, l'intérêt inavoué pour les constructeurs...
Le contrat de réparateur agréé secondaire assurera-t-il l'avenir des agents ? A terme, les constructeurs proposant cette option attendent que ceux-ci investissent pour passer réparateurs agréés. Le statut de réparateur secondaire ne serait donc que transitoire, l'intérêt inavoué pour les constructeurs...
...étant de préserver les volumes PR. Quel avenir pour les agents de marque ? Fin 2002, ils étaient un peu plus de 12 600 en activité sur le territoire national, la majorité collaborant au côté de Renault (5 400), Peugeot (2 900), Citroën (3 000), Opel (300), Ford (480), Fiat/Alfa/Lancia (590) et Volkswagen/Audi/Seat (231). Cette question est restée en suspens jusqu'à la parution de la brochure explicative du règlement 1400/2002, qui confirmait la possibilité d'élaborer deux types de contrats après-vente, réparateur agréé et réparateur secondaire, permettant de maintenir la configuration des réseaux dans leur mode de fonctionnement actuel. Hormis Citroën, resté fidèle à sa stratégie - se doter d'un unique réseau de réparateurs agréés Citroën (CDD 5 ans), gage d'une prestation après-vente uniforme -, et le groupe Volkswagen qui invite également ses agents Volkswagen/Audi/Seat à poursuivre avec les marques en signant un contrat de réparateur agréé de niveau 1 (CDI), les autres constructeurs ont opté pour le contrat de réparateur agréé secondaire. Et pour cause. Ils ont eu beau déployer ces dernières années des programme[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle