Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Le plan d'économies de Renault partiellement signé par les syndicats

Jean-Dominique Senard, président de Renault, et Clotilde Delbos, directrice générale par interim, lors de la présentation du plan d'économies du groupe le 29 mai 2020.

Le plan d'économies de Renault partiellement signé par les syndicats

En attendant les négociations sur les suppressions de postes dans les usines, la CFE-CGC et FO ont signé l'accord sur l'ingénierie et les fonctions tertiaires. 2 500 postes seront détruits mais sans licenciement sec.

 

Le plan de Renault devient peu à peu une réalité. En effet, le syndicat CFE-CGC du groupe a annoncé, jeudi 18 novembre 2020, qu'il avait décidé de signer l'accord sur la suppression de 2 500 postes dans l'ingénierie et les fonctions tertiaires en France, via des départs volontaires, ce qui rend valide ce texte déjà signé par FO. Cet accord s'inscrit dans le cadre du plan d'économies de plus de 2 milliards d'euros sur trois ans, annoncé le 29 mai 2020 par la direction, qui prévoit environ 15 000 suppressions de postes dans le monde, dont 4 600 en France. Les 2 100 suppressions de postes prévues dans les usines françaises restent à négocier.

 

A elles deux, la CFE-CGC (premier syndicat du groupe) et FO (4e) totalisent un peu plus de 50 % de représentativité syndicale, ce qui leur permet de valider ensemble l'accord. Les deux autres syndicats représentatifs, la CFDT (2e) et la CGT (3e), doivent se prononcer plus tard. En signant un texte "uniquement basé sur des départs volontaires", la CFE-CGC "évite aux salariés des licenciements via un PSE (plan de sauvegarde de l'emploi, NDLR) que la situation de Renault aurait pu justifier", souligne le syndicat de l'encadrement dans un communiqué. De même, quand FO avait annoncé lundi sa décision de signer cet accord, à l'issue de la dernière réunion du processus de négociation, ce syndicat s'était félicité qu'il n'y aurait "pas de départs contraints". Sur les 2 500 emplois supprimés, "1 900 feront finalement l'objet d'un plan de départs volontaires, les 600 restants s'étant fait par départs naturels cette année", selon FO.

 

Outre des départs volontaires par rupture conventionnelle collective (RCC), possibles jusqu'à fin septembre 2021, l'accord contient un volet de "dispense d'activité" pour des salariés proches de la retraite. Pour les personnels qui restent dans l'entreprise, le texte prévoit la possibilité de formations. Ce volet "de reconversion et d'évolution des compétences vise à maintenir le niveau d'employabilité des salariés", a relevé la CFE-CGC. "Par exemple, un ingénieur qui travaille sur les moteurs thermiques pourra envisager une formation certifiante sur moteurs électriques", a expliqué à l'AFP Guillaume Ribeyre, délégué syndical central de ce syndicat.

 

"Cet accord va permettre d'anticiper l'adaptation et le développement des nouvelles compétences et de répondre aux besoins de transformation profonde des métiers du secteur automobile", renchérit FO dans son communiqué. En parallèle, la mobilité interne sera facilitée en permettant "des mobilités intermétiers" au sein du groupe et "tous les postes à pourvoir seront affichés", a précisé Guillaume Ribeyre. Avec des mesures de prévention des risques psychosociaux dans ce contexte de restructuration, l'accord contient un "plan d'action pour accompagner le changement et renforcer l'écoute des salariés", avait noté la direction la semaine dernière, dans un communiqué. (avec AFP)

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Ouverture des commerces : un espoir pour le 28 novembre 2020

Le gouvernement a réuni les fédérations pour envisager la prochaine ouverture des commerces, selon des règles sanitaires strictes. Le CNPA estime que les discussions vont dans le bon sens. Pour l'instant,

Affaire Hory contre PSA : la Cour de cassation ordonne la reprise du contrat de DOPRA

La Cour de cassation vient d'annuler l'arrêt de la cour d'appel de Rennes, qui ordonnait la résiliation du contrat entre la plateforme de pièces de rechange du groupe Hory et PSA. Résultat : le constructeur

Jacques-Edouard Daubresse bientôt directeur de DS France

Selon nos informations, la direction générale de DS France devrait prochainement être confiée à Jacques-Edouard Daubresse, directeur pièces et services de PSA.

Le groupe Amplitude va ouvrir quatre sites MG

L’opérateur deviendra l’un des premiers investisseurs privés représentant MG. Quatre concessions devraient ouvrir leurs portes d'ici la fin de l'année 2020, en Seine-et-Marne et dans l'Oise.

Confinement : les règles du commerce restent inchangées jusqu’au 1er décembre 2020

Sans grande surprise, Jean Castex, Premier ministre, a annoncé, suite au Conseil de défense, le maintien des règles actuelles du confinement et la fermeture des commerces non essentiels, dont l'automobile,

Bridgestone dit non au plan de continuation proposé par l'Etat

Le scénario présenté par le gouvernement pour sauver l'usine de Béthune n'a pas été approuvé par Bridgestone qui confirme donc la fermeture. Les pouvoirs publics veulent toutefois trouver une autre

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page