Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Faute d'accord, le Brexit pourrait coûter 110 milliards d'euros à l'industrie automobile

Sans accord, les textes de l'OMC prévoient 10 % de taxes douanières sur les voitures et jusqu'à 22 % sur les VUL.

Faute d'accord, le Brexit pourrait coûter 110 milliards d'euros à l'industrie automobile

Alors que les négociations achoppent entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, l'industrie automobile du continent rappelle que faute d'accord, les échanges commerciaux vont chuter de 110 milliards d'euros durant les cinq prochaines années.

 

L'industrie automobile européenne a averti, lundi 14 septembre 2020, qu'un échec des négociations sur un accord post-Brexit entre l'UE et le Royaume-Uni infligerait une chute des échanges commerciaux de 110 milliards d'euros sur cinq ans à une filière déjà frappée par la crise sanitaire. Au total, 23 organisations de l'industrie automobile en Europe ont appelé ensemble "l'UE et le Royaume-Uni à sécuriser sans délai un accord de libre-échange ambitieux", dans un communiqué commun.

 

Cet appel intervient au terme d'une semaine d'intenses frictions entre Londres et Bruxelles qui fait craindre un échec des négociations, à quinze semaines de la fin de la période de transition du Brexit fixée au 31 décembre prochain. En cas d'échec, la perte commerciale estimée à 110 milliards d'euros sur cinq ans s'ajouterait à environ 100 milliards d'euros de perte de production déjà infligée cette année à la filière par la pandémie de coronavirus.

 

Elle serait une menace pour un secteur qui représente au total 14,6 millions d'emplois britanniques et européens, soit un emploi sur 15 dans la région, avertissent les signataires, parmi lesquels figurent notamment l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA) ainsi que les principales organisations nationales, comme le CCFA en France, le VDA en Allemagne ou le SMMT au Royaume-Uni.

 

"Les économies et les emplois des deux côtés de la Manche sont sous la menace d'un deuxième coup dévastateur sous la forme d'une absence d'accord", préviennent-elles. Faute d'entente sur le plan commercial, l'UE et le Royaume-Uni seraient contraints de s'en remettre aux règles de l'OMC qui prévoient 10 % de taxes douanières sur les voitures et jusqu'à 22 % sur les fourgons et camions. "De telles taxes, bien plus élevées que les petites marges de la plupart des constructeurs, devraient très certainement être répercutées sur les consommateurs, rendant les véhicules plus chers, réduisant le choix et affectant la demande", estiment les organisations signataires, dans leur communiqué.

 

Le Royaume-Uni et l'UE produisaient au rythme de 18,5 millions de véhicules par an avant la crise. Cette année, la filière estime que 3,6 millions d'unités ont déjà été perdues à cause de la pandémie. (avec AFP)

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
La taxe sur les véhicules de société (TVS) revue et allégée en 2021

Dans un souci d’harmonisation des différentes taxes touchant l’automobile, le gouvernement a dévoilé un barème 2021 de la TVS entièrement revu, mais pas plus sévère. A l’instar du dispositif

Automobile : la distribution sous tension

Si les carnets de commandes sont pleins, les livraisons peinent à arriver et certaines ne pourront avoir lieu avant la fin de l'année. Ce sont pourtant les mises à la route qui permettront, ou non,

LS Group en bonne voie pour entrer dans le réseau Volvo

L'opérateur a notifié auprès de l'Autorité de la concurrence son intention de reprendre le groupe Defrance Automobiles, marquant son entrée dans le réseau Volvo.

Hervé Miralles :

Le groupe Emil Frey France a ouvert le plus grand centre de reconditionnement de véhicules d'occasion en France à Ingrandes (86). A terme, plus de 30 000 véhicules seront rénovés dans cette usine

Automobile : ce que le gouvernement pourrait retenir de la Convention Citoyenne pour le Climat

Publicité sur les produits émetteurs de CO2, indemnités kilométriques, bonus sur les électriques neufs et d'occasion, création d’un malus basé sur la masse… Quels sont les points de la Convention

Le groupe Hess vise cinq sites Renault Retail Group

L’opérateur du Grand Est devrait finaliser, d’ici la fin de l’année 2020, l’acquisition de cinq sites appartenant à Renault Retail Group. Cette opération lui permettrait de faire son entrée

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page