Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Ce qu'il faut retenir des avancées technologiques de ZF

L'airbag extérieur est désormais intégré au catalogue de l'équipementier.

Ce qu'il faut retenir des avancées technologiques de ZF

Airbag extérieur, boîte 8 vitesses, Car eWallet ou encore les améliorations du châssis... ZF a fait le point sur les technologies à venir dans son catalogue, lors de son Tech Day 2019.

 

La tenue du Tech Day 2019 de ZF s'est faite dans un contexte tout particulier puisque l'équipementier vient tout juste de finaliser sa campagne de rachat de l'américain Wabco. Une reprise qui doit changer les équilibres du modèle économique du groupe. Jusqu'à présent 80 % du chiffre d'affaires de ZF provenait des constructeurs automobiles, contre 20 % dans les autres branches. Avec l'ajout de Wabco et de son portefeuille de clients dans le VI et le PL, cette part va retomber à 75 %.

 

Un glissement qui se traduit dans la nouvelle devise du groupe, dévoilée ce 4 juillet 2019. Désormais, ZF veut s'associer au slogan #MobilityLifeBalance. En filigrane, il faut y déceler la volonté de l'équipementier de Friedrichshafen de se renforcer sur les sujets relatifs aux nouvelles mobilités et à la sécurité des personnes, en plus de trouver un nouvel équilibre entre ses activités. Et la grand-messe de cette semaine a apporté des visions concrètes du plan. Voici les principales annonces de la journée.

 

Car eWallet en station-service l'an prochain

 

Dans le registre de la mobilité, ZF va passer à l'échelle dans plusieurs domaines. Devenue une entité à part entière, en 2018, Car eWallet, la solution de portefeuille digitalisé intégré à l'automobile, vient de signer un partenariat avec BayWa, un réseau de stations-service allemand. Après une année 2019 consacrée à la réalisation de pilotes, un déploiement en condition réelle interviendra en 2020. Agnostique sur le plan technologique, matériel et des interfaces, Car eWallet vise à conquérir les constructeurs et les éditeurs de solutions de gestion de flotte, en priorité. En France, PSA et Renault auraient pris connaissance du système.  

 

Du côté de l'automatisation de la conduite, l'essentiel de l'actualité concerne 2Getthere, l'émergent constructeur néerlandais au capital duquel ZF est entré en début d'année. Dès 2020, il dépassera les frontières de l'expérimentation à l'aéroport de Rotterdam pour s'aventurer sur les routes publiques de la localité batave avec une dizaine d'unités. S'en suivra un déploiement de 20 navettes autonomes à l'aéroport de Bruxelles, en 2021, puis, à une date non arrêtée, un lancement de 25 exemplaires sur la voie publique à Dubaï. Capable d'atteindre 40 km/h, la navette autonome de 2Getthere se repère grâce à un système d'éléments magnétiques incrustés dans la chaussée. Une solution technologique apparentée au rail qui lui permet d'être homologué comme un train.

 

La boite 8 HP s'invitera à l'IAA

 

En avant-première, ZF a dévoilé les schémas techniques de la quatrième génération de la transmission 8HP, soit la boite à 8 rapports. Un exemplaire physique sera exposé sur le stand de l'équipementier à IAA 2019, à Francfort, en septembre prochain et son application commerciale débutera en 2022, à bord d'un véhicule de BMW. Comme depuis la version originelle de 2009, cette boite couvre en effet les véhicules hybrides conventionnels jusqu'à 600 Nm, les MHEV jusqu'à 800 Nm et les PHEV jusqu'à 1 000 Nm de couple. Elle offre l'avantage de la flexibilité modulaire, autorisant les constructeurs à adapter l'ensemble à leurs besoins. Par rapport à la 3e génération, celle-ci abaisse les émissions de CO2 de 7g/km environ sur les hybrides conventionnels et de 15 g/km environ sur les MHEV. Les estimations pour les PHEV sont en cours de réalisation, selon les normes WLTP.

 

Toujours au rayon des transmissions, ZF a livré des détails sur la conception de la boite à deux rapports, retenue par Mercedes pour son EQC. Une solution technique inédite imaginée par l'équipementier allemand afin de réduire la consommation d'énergie des VE. Concrètement, il s'agit d'apporter les commodités d'une transmission étagée, afin d'exploiter le meilleur rendement du moteur électrique, quel que soit le contexte routier. Le résultat ? Un exercice du 0 à 50 km/h bouclé en 10 % moins de temps. Le conducteur gagne aussi 10 % sur le 80-120 km/h et 20 % pour les reprises de 120 à 150 km/h. Une prestation qui s'accompagne d'un gain d'autonomie de 4,7 %. Les constructeurs pourront alors choisir de grappiller des kilomètres ou de réduire la taille de la batterie – et donc le coût – sans nuire aux niveaux d'autonomie actuels. Une version à trois rapports trouverait du sens à bord des véhicules commerciaux les plus lourds, concède un ingénieur de ZF.

 

Première démonstration de l'airbag extérieur

 

Les collisions latérales restent un fléau dans les statistiques de l'accidentologie routière. Après des mois de travail, ZF a pu faire la démonstration de l'efficacité de son airbag latéral. Les capteurs extérieurs détectent l'arrivée d'un véhicule et à partir d'une certaine distance critique, le système prend la décision de déployer en 150 millisecondes les coussins d'air, le long des portes. La pénétration dans l'habitacle décroit de 30 % et la gravité des blessures des occupants, de 40 %. Reste à convaincre les constructeurs de signer et de revoir une partie du dessin des véhicules pour en disposer.

 

Dans un autre registre, la recherche en matière de sécurité est en partie dictée par les impératifs de la certification EuroNCAP 2022. A cette échéance, les véhicules devront notamment pouvoir détecter un piéton à l'angle d'une rue et s'arrêter en cas de danger. Des radars fixés dans les coins du bouclier avant, conjugués à la caméra derrière le pare-brise, sont indispensables au bon fonctionnement. Pour étendre l'utilité, ZF envisage d'ajouter une fonctionnalité d'évitement de collision avec un autre véhicule. Reste à clarifier la législation en matière d'intervention sur l'angle du volant.

 

Après plusieurs démonstrations, au cours des deux années écoulées, ZF se dit désormais prêt à commercialiser son système de maitrise des mouvements de carrosserie. Baptisé Flying Carpet (le tapis volant, en français), il met l'accent sur le confort des passagers. Ce concept de châssis se montre capable de gérer presque tous les mouvements longitudinaux, transversaux et verticaux. Pour ce faire, il combine les actionneurs sMotion (en lieu et place des amortisseurs classiques), le système d’essieu arrière directionnel (AKC), les systèmes de contrôle intégré de freinage (IBC) et le système de direction "steer-by-wire". Un ensemble d'éléments qui synthétisent leurs informations respectives au sein d'un nouveau réseau central nommé cubiX.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
La nouvelle prime à la conversion entre en vigueur au 1er août 2019

Contre toute attente et sans concertation avec la filière automobile, le gouvernement a publié ce matin au Journal officiel les nouveaux critères d’accès à la prime à la conversion. Comme prévu,

Année noire en perspective pour le salon de Francfort

Grand-messe de l'automobile, en alternance avec le Mondial de Paris, le salon de Francfort va sans doute vivre sa pire édition en septembre 2019. La liste des constructeurs absents ne cesse de s'allonger.

Le partenariat VO entre GGP et Norauto prend forme

La collaboration entre le groupe GGP et le réseau de centres autos se précise avec le lancement du panneau "Les Occasions Norauto". L’enseigne recrute en effet ses futurs commerciaux dans près d’une

Le CNPA réclame le maintien des VO et du diesel dans le système de prime à la conversion

A l'occasion du comité stratégique de la filière automobile, Francis Bartholomé, président du CNPA, a lancé une alerte au Premier ministre et dénonce une communication difficilement lisible. La stabilité

Damien Pichereau, député :

Damien Pichereau figure dans le Top 50 des députés les plus influents dans le secteur du transport. Cet élu LaREM dans la Sarthe, a été très actif lors des discussions de la loi LOM. CO2, malus...

Rebondissement dans le litige qui oppose le groupe Midi Auto à PSA

Alors que la procédure sur l'exécution du contrat de distributeur de pièces de rechange PSA du groupe Midi Auto n'est pas encore terminée, Me Renaud Bertin, avocat de MA pièces Auto Bretagne, produit

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page