Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
ContrôleTechniqueGratuit poussé vers de grandes ambitions

ContrôleTechniqueGratuit poussé vers de grandes ambitions

La start-up, qui propose un modèle d'affaires de valorisation de la donnée des conducteurs automobiles passant leur contrôle technique, vient de boucler une deuxième levée de fonds d'un montant de 2,6 millions d'euros.

 

A presqu'un mois de l'entrée en vigueur du RGPD, le règlement sur la protection de la donnée, la start-up ContrôleTechniqueGratuit signe une levée de fonds de 2,6 millions d'euros, a-t-on appris ce 10 avril 2018. Il s'agit de la deuxième opération du genre pour l'entreprise fondée par Jonathan Habersztrau, après le tour de table en 2017 qui avait rapporté 750 000 euros.

 

Ce deuxième tour de financement a été mené conjointement par Sofimac Partners et par 5M Ventures, accompagnés par des investisseurs comme Arthur Media Group, le fonds Pole Capital ou encore Philippe Fraysse (investisseur dans Stuart). L'entrée de 5M Ventures, fonds spécialisé dans le Media for Equity en France, conduira ContrôleTechniqueGratuit à gagner en visibilité publicitaire.

 

Jonathan Habersztrau nourrit également un projet de développement à l'international pour ContrôleTechniqueGratuit. La start-up parisienn qui a fait ses premières armes dans le nord de la France et compte à ce jour 37 000 inscrits sur son site, va démarrer des activités commerciales en Allemagne, en Espagne, en Italie et au Benelux. Le modèle économique demeurera le même, à savoir la génération de leads avec les informations des clients de centres de contrôle technique, auprès de concessionnaires et de garages qui prennent alors en charge les travaux de mise en conformité.

 

A noter que cette activité a emmené ContrôleTechniqueGratuit à offrir un service innovant dans le domaine du VRM (Vendor Relationship Management), soit une interface qui permet à l'utilisateur de reprendre le contrôle sur la relation clients en maîtrisant l'utilisation faite sur ses données personnelles monétisables. A ce jour, la start-up a traité plus de 5 500 clients et a collecté environ 100 000 documents qu'elle a valorisés auprès des acteurs du secteur automobile.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
PSA confiant pour redresser la barre en Chine

Après trois années de baisse ayant conduit PSA a vendre "seulement" 387 000 véhicules en 2017 dans le pays, le groupe français dirigé en Chine par Carlos Gomes veut inverser la tendance dès cette

Ventes VN : l’essence s’affirme, le Diesel décline

Les immatriculations françaises de voitures Diesel reculent de 11 % depuis janvier. Un repli dont profitent les modèles essence et hybrides, en forte progression.

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

PSA va lancer Distrigo sur le marché chinois

Après l'Europe et l'Amérique du Sud, la marque tricolore rassemblant l'ensemble de l'offre en pièces de rechange multimarques du groupe PSA fera son apparition en Chine d'ici la fin de l'année.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page