S'abonner

Europcar remonte bien la pente

Publié le 29 avril 2022

Par Damien Chalon
2 min de lecture
En passe d’être racheté par Volkswagen, le loueur courte durée Europcar a réalisé un bon premier trimestre 2022. Une dynamique qui devrait se poursuivre tout au long de l’année, en dépit de la hausse des coûts.
Le loueur Europcar a réalisé un chiffre d'affaires de 567,4 millions d'euros au premier trimestre 2022.
Le loueur Europcar a réalisé un chiffre d'affaires de 567,4 millions d'euros au premier trimestre 2022.

Europcar a annoncé un bond de son chiffre d'affaires et une marge positive au premier trimestre 2022, grâce au retour de la demande qui devrait se confirmer dans les prochains mois, même s'il s'inquiète d'une hausse de ses coûts.

 

Les ventes du loueur courte durée, qui devrait bientôt être racheté par un consortium mené par Volkswagen, ont grimpé de 59,5 % à 567,4 millions d'euros, a-t-il indiqué dans un communiqué. Un an plus tôt, il avait été pénalisé par les restrictions liées à la pandémie.

 

A lire aussi : Cosmobilis en route pour absorber le loueur Ucar

 

Début 2022, il a profité de prix soutenus et d'une forte activité aux États-Unis et en Europe qui poursuivent le rebond de 2021. Le groupe se félicite d'avoir dégagé un bénéfice brut d'exploitation ajusté positif pour la première fois pour un premier trimestre, une période d'hiver qui n'est traditionnellement pas la plus favorable à ses activités.

 

"Cette performance remarquable s'explique par la reprise de la demande, qui retrouve presque les niveaux d'avant Covid sur certains segments, dans un environnement tarifaire favorable", a déclaré Caroline Parot, directrice générale, citée dans le communiqué.

 

243 000 véhicules en flotte

 

Europcar estime que la demande va continuer à s'améliorer au fil de l'année 2022, mais s'attend à des tensions en raison de la pénurie de véhicules du fait des difficultés d'approvisionnement du secteur en semi-conducteurs.

 

La flotte moyenne s'établissait à 243 000 véhicules à la fin du premier trimestre, contre 262 000 fin 2021. Face à la hausse des coûts, notamment de sa flotte et du contexte inflationniste, le groupe entend donner la priorité à sa rentabilité.

 

A lire aussi : Europcar commande une centaine d’utilitaires électriques

 

"Nous nous attendons également à ce que l'inflation et la pénurie durable de semi-conducteurs, ainsi que le conflit ukrainien, avec des impacts difficiles à prévoir, aient un impact négatif sur nos coûts et notre environnement commercial", prévient Caroline Parot.

 

Concernant son rachat, le groupe a rappelé que le consortium d'acheteurs avait soumis une demande d'autorisation auprès des autorités de la concurrence à Bruxelles. Les acquéreurs prévoient que l'opération soit bouclée au deuxième trimestre, au lieu du premier comme initialement prévu. (avec AFP)

Partager :

Laisser un commentaire

cross-circle