S'abonner
Constructeurs

Yoann Ruffin, Mazda France : "L'année 2024 est prometteuse pour le VO"

Publié le 10 janvier 2024

Par Gredy Raffin
5 min de lecture
Outre la casquette de responsable des ventes flottes, Yoann Ruffin porte aussi celle de responsable du remarketing de Mazda France. Des rôles qui lui laissent entrevoir des perspectives réjouissantes pour l'activité de vente de voitures d'occasion dans le réseau Mazda Premium Occasions, en 2024.
Yoann Ruffin Mazda France
Yoann Ruffin, responsable des ventes flottes et du remarketing de Mazda France. ©Mazda France

Les indicateurs du marché des voitures d'occasion sont au vert. Et Mazda France compte en profiter. "L'année 2024 est prometteuse pour le VO. Tout indique que le premier semestre apportera des résultats satisfaisants", a confié au Journal de l'Automobile Yoann Ruffin, le responsable des ventes flottes et du remarketing de la filiale.

 

Sur un marché français global que la direction de la marque japonais envisage comme "stable", la demande pour des voitures d'occasion devrait être solide, d'après Yoann Ruffin. "Nos concessionnaires nous réclament une grande diversité de modèles d'occasion. Fort heureusement, nous ne souffrons d'aucune carence sur les différentes gammes", dresse-t-il le bilan de la situation actuelle.

 

Les messages pour l'exercice qui débute ont été passés aux concessionnaires. Mazda France souhaite que les membres du réseau de distribution détenteurs du panneau Mazda Premium Occasions mettent davantage la garantie en avant. Pour le responsable d'activité, il est impératif "de mieux promouvoir la garantie pour mieux valoriser les voitures d'occasion Mazda". D'autant que le constructeur couvre, depuis 2023, chaque nouvelle production pendant les six premières années de circulation.

 

40,1 % de ventes par des professionnels en 2023

 

Le fait n'est pas anodin puisque cette année encore, le réseau devrait profiter de 2 500 à 3 000 exemplaires de voitures d'occasion issues de buy-back, selon les estimations de Yoann Ruffin. Ce qui constitue un apport non négligeable de voitures d'occasion récentes pour donner au réseau un atout sur les segments les plus récents.

 

En effet, selon les chiffres de AAA Data, en 2023, la marque Mazda a concerné 9 228 transactions de voitures d'occasion de moins de cinq ans tous canaux confondus. À eux seuls, les professionnels ont totalisé 6 552 remises à la route. Aux dires du directeur, ce serait donc autour de 40 à 45 % de ce volume qui aurait découlé des retours de buy-back traités par les concessionnaires.

 

Toutes tranches d'âge prises en compte, 40,1 % des Mazda d'occasion ont transité par un point de vente, dont les concessions du constructeur, soit 10 559 des 26 359 reventes. En comparaison à l'an passé, le canal BtoC a augmenté de 2,4 %, soit autant que la marque dans son ensemble sur le marché français. Le fait est que le manque d'outils informatiques et la configuration des groupes de distribution n'autorisent pas une pleine visibilité sur les statistiques du réseau.

 

Consultation pour l'avenir du label

 

Mazda n'ira pas chercher la croissance sur le segment des voitures d'occasion par une poussée de ventes à loueurs de courte durée. La direction s'y refuse pour préserver la valeur résiduelle. En 2024, comme en 2023, ce canal ne dépassera pas 10 % des immatriculations totales de VN, assure Yoann Ruffin. Bien au contraire, encouragé par les analyses flatteuses des sociétés de cotation, il entend œuvrer à augmenter encore la valeur résiduelle de certains modèles à commencer par le CX-60, présenté comme une alternative aux véhicules premium de référence moins équipés à prix équivalents.

 

La commercialisation des voitures d'occasion par internet n'a rien d'une priorité. Mazda France a acquis la conviction que les clients ont encore besoin de venir au contact des produits. D'autant plus lorsque celui-ci a plus de deux ans d'ancienneté et n'a donc pas fait l'objet d'un reconditionnement à neuf comme le veut la charte de Mazda Premium Occasions.

 

Il n'empêche que la marque a lancé une vaste consultation dans le réseau de ses partenaires labellisés. Après avoir rattrapé son retard sur la concurrence aux yeux des concessionnaires qui exploitent d'autres labels, Yoann Ruffin cherche à rester à la mode. "Nous interrogeons des distributeurs à gros volumes pour identifier des pistes d'amélioration, explique-t-il la démarche. Ainsi, nous pourrons à nouveau orienter nos efforts dans la bonne direction".

 

Les équipes planchent déjà sur une évolution du contrat de LLD. À ce jour limitée aux voitures d'occasion de moins d'un an, l'offre pourrait s'étendre aux exemplaires plus anciens. Ce qui participerait à la fidélisation des clients. Et dans ce registre, Mazda n'a pas à rougir. Le bilan 2023 montre que dans 44 % des transactions, les concessionnaires labellisés effectuent une reprise. Pour 64 %, les voitures concernées arborent le logo de la marque japonaise.

 

Ventes VPO Mazda par âge et canal en 2023 en France
Global dont BtoC dont CtoC
Vol. Evol. (%) Vol. Part (%) Evol. (%) Vol. Part (%) Evol. (%)
< 1 an 2 308 -5,7 2 123 92 -5,7 185 8 -4,1
1 an 910 -24,8 652 71,6 -24,8 258 28,4 -11,3
2 à 5 ans 6 010 1,5 3 777 62,8 1,5 2 233 37,2 -5,1
6 à 10 ans 5 443 19,4 2 051 37,7 19,4 3 392 62,3 18,4
11 à 15 ans 4 568 -15,5 954 20,9 -15,5 3 614 79,1 -14,3
16 ans et + 7 120 15,1 1 002 14,1 15,1 6 118 85,9 16,2
Total 26 359 2,4 10 559 40,1 2,4 15 800 59,9 4

Source AAA Data

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Pour vous tenir informés de toute l'actualité automobile, abonnez-vous à nos newsletters.
Inscription aux Newsletters
cross-circle