S'abonner
Constructeurs

Que va devenir le réseau MG Rover ?

Publié le 6 mai 2005

Par Tanguy Merrien
8 min de lecture
Après l'annonce de la faillite du constructeur, les distributeurs français MG Rover accusent le coup. Ils comptent désormais assurer la continuité de leurs affaires avec ou sans la marque. Dans cet imbroglio juridique et commercial, ils espèrent s'en sortir sans trop de dommages. Le...
Après l'annonce de la faillite du constructeur, les distributeurs français MG Rover accusent le coup. Ils comptent désormais assurer la continuité de leurs affaires avec ou sans la marque. Dans cet imbroglio juridique et commercial, ils espèrent s'en sortir sans trop de dommages.
Le...
Après l'annonce de la faillite du constructeur, les distributeurs français MG Rover accusent le coup. Ils comptent désormais assurer la continuité de leurs affaires avec ou sans la marque. Dans cet imbroglio juridique et commercial, ils espèrent s'en sortir sans trop de dommages. Le...
...réseau français MG Rover est encore sonné après l'onde de choc annonçant la faillite du constructeur britannique et son démantèlement prochain. Quelques jours avant, ils étaient pourtant encore nombreux à croire en un revirement de situation, espérant "un miracle, comme on en a connu ces dernières années après les diverses difficultés traversées". On connaît la suite. Les 138 distributeurs du réseau se retrouvent aujourd'hui dans la peau de boxeurs mis KO. "Nous subissons pour l'instant, mais il faut également avouer que nous n'avons pas trop de nouvelles et que nous restons dans l'expectative", reconnaît Patrick Bertrand, distributeur à Gap. Le constructeur est aux abonnés absents et ne s'est pas manifesté auprès du réseau depuis bientôt deux semaines. "Nous ne comptons pas sur notre direction pour en savoir plus. Tout le personnel de MG Rover France a été mis en congé forcé et s'est volatilisé", poursuit le distributeur. En outre, Thierry Depond, président de MG Rover France, aurait quitté ses fonctions. Les distributeurs ne comptent plus que sur eux-mêmes. Ils se sont ainsi réunis le 21 avril dernier à Roissy pour tenter de trouver des solutions. Sous la houlette de Michel Falvo, le président de l'Association des concessionnaires, le réseau estime que son avenir à très court terme n'est pour le moment pas en danger et qu'il reste "de quoi réaliser encore quelques affaires". Le stock de voitures encore disponible serait de 1 200 VN, soit à peu près l'équivalent de ce qui a été commercialisé sur les trois premiers mois de l'année (1 185 VN, en chute de 33 %). En outre, le parc roulant serait composé dans l'Hexagone de 100 000 voitures, ce qui permettrait aux distributeurs et réparateurs agréés MG Rover de subsister grâce à l'après-vente. D'autant plus que les pièces de rechange pour les deux marques sont assurées par la société Caterpillar qui avait rache[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle