S'abonner
Constructeurs

Peugeot revient sur ses positions

Publié le 10 octobre 2003

Par Alexandre Guillet
6 min de lecture
Peugeot a renoncé au projet de licence de marque d'entretien et de réparation courante qui devait être proposée aux agents ne satisfaisant pas aux critères de réparateur agréé. Les 2 900 agents Peugeot auront le choix entre cette première option et un contrat de réparateur agréé secondaire....
... Il y a tout juste un an, interrogé sur l'avenir du réseau de 2 900 agents, Peugeot assurait : "il n'est pas question de proposer un contrat de réparateur agréé secondaire". A l'après-vente, les agents devaient donc être logés à la même enseigne que les concessionnaires (JA n°809). Toutefois, sachant que tous ne pourraient satisfaire aux critères de sélection du contrat de réparateur agréé Peugeot, le constructeur expliquait : "Afin qu'ils [les agents] puissent garder un lien avec Peugeot, nous proposerons une nouvelle licence de marque d'entretien et de réparation courante, indépendante de Peugeot Rapide." Un projet finalement abandonné au profit de l'élaboration d'un contrat de réparateur agréé... secondaire. "Lorsque nous nous sommes prononcés, nous n'en étions qu'aux prémices de nos études, le règlement venait tout juste de paraître, n'évoquait pas clairement le cas des agents, qui restent une spécificité française, et la brochure explicative n'était pas encore parue", rappelle Jean Guillaunnet, responsable développement et animation réseau Peugeot. En théorie, l'idée de la licence de marque avait pourtant de quoi séduire, tant elle permettait de conserver l'ensemble des effectifs. "Notre objectif numéro un a toujours été de poursuivre notre partenariat avec nos 2 900 agents afin de maintenir une capillarité réseau essentielle pour nos clients", i[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle