S'abonner
Constructeurs

Lettre ouverte à Sergio Marchionne

Publié le 16 mars 2007

Par Alexandre Guillet
4 min de lecture
Monsieur, Permettez-moi tout d'abord d'ajouter ma voix au chœur des louanges et autres félicitations, avec sincérité mais sur un point très particulier : vous auriez pu quitter Fiat hier ou avant, et vous ne l'avez pas fait. C'est un mérite qui vous honore. Si vous étiez parti, vous seriez...
...entré, de plein droit, dans la galerie des grands serviteurs (ou ministres, s'agissant d'une monarchie qui se reconnaît comme telle ?) de l'entreprise que vous dirigez. En restant, vous acceptez en revanche, de courir un risque, parce que vous savez que le chemin est encore long, pour ramener Fiat dans la cour des grands. Qu'allez-vous faire à présent ? On le devine. Ce qu'il y a de plus "facile" (façon de parler, bien entendu), c'est de continuer à progresser en Europe, en volumes comme en rentabilité. Heureusement, le triste bémol qu'est la "Stilo" dans la gamme Fiat, va enfin rendre une âme qu'elle n'a pas. Le modèle Bravo se vendra beaucoup mieux, un peu partout en Europe, à commencer par la France, mais sans oublier la Lombardie - Vénétie, où, souve[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle