S'abonner
Constructeurs

Georges Douin, initiateur d’automobiles

Publié le 29 avril 2005

Par Tanguy Merrien
9 min de lecture
Que la clairvoyance de Georges Douin soit unanimement reconnue impose le respect. De même que sa légendaire discrétion. Si l'on ajoute que c'est un polytechnicien qui s'est passionné pour les moteurs - et qui reste passionné - au point que son expertise technique lui apporte cette crédibilité rarement...
...accordée aux cols blancs, on comprendra la difficulté à circonscrire le personnage en quelques lignes. Esquisse. Un homme grand. Dégingandé. L'impression de faire face à un pilier supportant le poids du monde, d'un monde à tout le moins. Un accueil en demi-teinte. Méfiance, timidité, embarras, difficile à dire aussi rapidement. Georges Douin comme le confesse avec affabilité Louis Schweitzer n'est pas de nature extravertie. Lui-même reconnaît qu'il n'aspire pas à la médiatisation. Et lorsqu'on lui demande comment il a fait pour ne pas être sur le devant de la scène alors qu'il a participé à la réalisation des plus grands projets de Renault, sa réponse laisse rêveur : "Comme je suis grand, je suis très souvent au dernier rang". Une grande taille qu'il partage avec son président. Il est d'ailleurs curieux de les voir côte à côte dans les manifestations de Renault, Georges Douin toujours dans ce retrait qui lui est familier, Georges Douin toujours très présent également. Et c'est ce qui marque, lorsqu'on s'immisce dans sa carrière professionnelle, cette omniprésence rassurante et aussi "opérationnelle", citée à maintes reprises par ses collaborateurs et ses partenaires. Georges Douin est discret mais sur le terrain. Il se met peu en avant mais n'hésite pas à tester les produits et à discuter avec l'ensemble des personnels ayant participé à un projet. Il peut paraître distant mais c'est pour mieux cacher une sensibilité très forte. L'équipe passe avant l'homme, il voudrait que la famille aussi… Retour en arrière. Georges Douin est entré en automobile comme d'autres prononcent leurs vœux face à l'autel. Enfant, il se souvient avoir été un passionné de l'automobile, collectionneur de petites voitures, amateur de cartes routières et déjà curieux du mode de fonctionnement des véhicules. Un exemple. Alors que son père était attaché militaire en Tchécoslovaquie entre 1950 et 1955 et, du fait de son rôle dans le renseignement, toujours escorté par deux véhicules, Georges Douin raconte : "Il en fallait[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle