S'abonner
Constructeurs

Game over pour Rover ?

Publié le 23 janvier 2004

Par Tanguy Merrien
11 min de lecture
MG Rover est quasiment le seul constructeur d'envergure à avoir connu une érosion constante de ses ventes sur la dernière décennie. Au-delà de ce constat purement arithmétique, certains experts s'inquiètent pour la survie de la firme de Longbridge, notamment en raison de sa surface financière....
MG Rover est quasiment le seul constructeur d'envergure à avoir connu une érosion constante de ses ventes sur la dernière décennie. Au-delà de ce constat purement arithmétique, certains experts s'inquiètent pour la survie de la firme de Longbridge, notamment en raison de sa surface financière....
MG Rover est quasiment le seul constructeur d'envergure à avoir connu une érosion constante de ses ventes sur la dernière décennie. Au-delà de ce constat purement arithmétique, certains experts s'inquiètent pour la survie de la firme de Longbridge, notamment en raison de sa surface financière....
...Un vrai renouvellement de gamme se fait attendre. Pour sa part, le constructeur assure voir l'avenir avec sérénité et investit de nouveaux marchés. MG Rover existera-t-il toujours d'ici trois ou quatre années ? Certes, la question peut paraître provocatrice, voire sans fondement. Pourtant, certains bons connaisseurs de la chose automobile se la posent sérieusement. S'ils n'apportent pas de réponse catégorique, ils s'interrogent toutefois. Une série de raisons explique l'émergence, ZOOMLes principales évolutions du groupe Rover 1975 : Les difficultés de la maison mère de Rover, British Leyland, entraînent la nationalisation du constructeur. Début des années 80 : Commencement d'un partenariat poussé avec Honda. 1988 : Après un processus de privatisation, la firme est reprise par British Aerospace. 1990 : Honda prend 20 % du capital de Rover. 1994 : BMW rachète les parts de British Aerospace ainsi que la participation de Honda. 16 mars 2000 : BMW vend Land Rover à Ford. 9 mai 2000 : Le consortium Phoenix Venture rachète Rover à BMW pour 10 livres sterling symboliques. Ce dernier conserve la marque Mini. depuis plusieurs mois, d'un tel questionnement. Volant désormais de ses propres ailes, la firme de Longbridge ne peut plus compter que sur elle-même pour faire face au défi financier. De 1994 à 2000, BMW l'avait maintenue sous perfusion financière avant de jeter l'éponge et de vendre le groupe pour 10 livres sterling symboliques au consortium Phœnix Venture. A tel point que la presse d'outre-Rhin n'avait pas tardé à accoler au constructeur britannique le surnom de "Patient anglais", titre du célèbre film d'Anthony Minghella. Certes, les premiers résultats de la nouvelle ère MG Rover paraissent encourageants. Arrivé aux commandes en mai 2000, Kevin Howe, le P-dg du constructeur, est parvenu à faire passer les pertes de près de 800 millions de livres (1,142 milliard d'euros) en 1999 à environ 100 millions de livres en 2002. Pour 2003, le résultat devrait être sensiblement similaire à celui de l'année précédente. "Ramenés à des années pleines, ces chiffres montrent que nos pertes ont diminué d'environ 50 % par an. Notre objectif est de maintenir ce rythme jusqu'à ce que nous parvenions à l'équilibre", a indiqué Kevin Howe. Pour arriver à cet assainissement des comptes, le patron de Rover n'avait pas hésité, à son arrivée, à tailler dans les effectifs - environ 300 salariés ont été remerciés - et à rassembler sur le site de Longbridge l'ensemble du personnel et de la production. Une dot conséquente L'objectif principal des dirigeants de MG Rover est celui du retour aux profits e[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle