S'abonner
Constructeurs

Entretien avec Eric Mathiot : Rover veut encore y croire

Publié le 20 février 2004

Par Alexandre Guillet
6 min de lecture
Alors que les observateurs s'interrogent sur les chances de survie de Rover seul, ses représentants en France affirment croire en l'avenir de la marque. Eric Mathiot, arrivé à la présidence de Rover France le 1er novembre dernier, s'en explique. Le Journal de l'Automobile...
...: L'avenir de Rover dépendra de sa capacité à sortir des nouveaux produits. Que pouvez-vous nous dire là-dessus ? Eric Mathiot : Nous avons la Streetwise depuis novembre. Nous sommes très confiants sur ce modèle qui est plus qu'un coup marketing, mais l'exploitation d'une niche avec un réel potentiel. Je remarque que certains concurrents proposent le même concept, comme Citroën avec le C3 X-TR. En avril prochain, nous aurons un nouveau produit : la CityRover. En novembre dernier, nous avons emmené les concessionnaires voir les nouveautés à Longbridge. Ils ont été enthousiasmés par ce qui leur a été présenté. J.A. : Justement, la CityRover, votre nouveauté de l'année, n'en est pas vraiment une, mais est dérivée d'un modèle existant du constructeur indien Tata. Elle ne sera pas forcément dans les critères de qualité du marché européen ? E. M. : Par rapport à la Tata Indica, nous aurons un certain nombre de changements : intérieur, insonorisation et suspension. La tenue de route a été testée en Angleterre et je peux vous confirmer qu'elle ne posera aucun problème. Nous avons une équipe de 88 ingénieurs qui travaillent dans l'usine indienne de Tata pour contrôler la qualité de fabrication [...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle