Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Michelin va supprimer 2 300 postes pour

2 300 emplois seront supprimés par le groupe clermontois dans le tertiaire et l'industriel.

Michelin va supprimer 2 300 postes pour "améliorer sa compétitivité"

En quête de performances mais aussi d'économies, le groupe tricolore va couper dans ses effectifs. D'ici 2023, 2 300 personnes quitteront l'entreprise par le biais de retraites anticipées et de départs volontaires.

 

Voilà une drôle de manière de célébrer la nouvelle année. Après avoir fermé en fin d'année dernière son usine vendéenne de La Roche-sur-Yon, spécialisée dans les enveloppes poids lourds où étaient employés plus de 600 salariés, Michelin poursuit sa restructuration. Ce mercredi 6 janvier 2021, le groupe tricolore a annoncé vouloir déployer un "plan de simplification et de compétitivité renforcé afin d’améliorer significativement l’agilité et la performance globale de ses activités industrielles et tertiaires en France".

 

En d'autres termes, le fabricant de pneumatiques entend réaliser des économies et réduire ses frais généraux à la fois en repensant son organisation mais aussi en réduisant ses effectifs. Si aucune nouvelle fermeture de site n'est annoncée, 2 300 postes seront supprimés dans les trois ans à venir (jusqu’à 1 100 postes pour le tertiaire et 1 200 pour l’industrie). "Près de 60 % des départs envisagés se feraient sur la base de départs anticipés à la retraite et le reste par des départs volontaires accompagnés", précise Michelin.

 

"Avoir le même niveau de production mais avec moins de ressources et des machines plus performantes"

 

Par ailleurs, pour tout poste en moins, le groupe "s’engage à contribuer à en recréer un autre, soit dans le cadre du développement de ses nouvelles activités, soit en prenant part à la redynamisation des bassins d’emplois, dans un calendrier réaliste". Par ce biais, Michelin espère améliorer sa compétitivité de 5 %. Enfin, pour soutenir cette initiative, des investissements seront mobilisés pour moderniser l’outil industriel et les activités tertiaires, et améliorer la qualité de vie au travail (automatisation, digitalisation, ergonomie, excellence environnementale).

 

Dans les prochaines semaines, le clermontois va rencontrer les organisations syndicales et espère trouver rapidement un consensus sur un accord-cadre d'une durée de 3 ans. Tout l'enjeu des négociations portera notamment sur les mesures d'accompagnement des salariés. Cette annonce entérine la volonté du groupe de se recentrer sur les activités à très forte valeur ajoutée (pneus d'avions et agricoles, génie civil, compétition automobile, et d'une manière générale des activités avec de forts liens avec la recherche et l'innovation). "L'objectif est de continuer à avoir le même niveau de production mais avec moins de ressources et des machines plus performantes", conclut Michelin.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Renault vise une légère croissance dans le véhicule d'occasion en 2021

Le réseau Renault a immatriculé 225 000 véhicules d'occasion en 2020, soit une baisse de 9 %. Un léger rebond est toutefois attendu pour cette année. Les électriques joueront de leur influence dans

Le groupe Volkswagen manque son objectif CO2 de 0,5 g

Malgré des ventes de modèles électrifiés multipliées par plus de quatre, le groupe Volkswagen n'a pas atteint son objectif CO2 en 2020. Il rate, avec le pool qu'il avait constitué, la cible de 0,5 g en affichant

Volvo France vise 20 000 livraisons en 2021

Porté par ses modèles hybrides rechargeables, Volvo Car France veut renouer avec la croissance en 2021. Il vise 20 000 livraisons, dont 55 % de PHEV. L'année sera aussi synonyme d'un engagement encore

Qui sont les nouveaux cadres du groupe Stellantis ?

Jean-Philippe Imparato chez Alfa Romeo, Linda Jackson chez Peugeot, Thierry Koskas à la vente et au marketing du groupe… Retrouvez l'organigramme complet de Stellantis par marque, région et fonction

Luca de Meo promet la révolution chez Renault

Le directeur général du groupe Renault a dévoilé son plan de relance, baptisé Renaulution. Des économies, moins de plateformes, une quasi-disparition du diesel mais 24 lancements de produits d'ici

Jean Rouyer s'attaque au marché des flottes avec sa filiale Loc'oto

Le distributeur a donné le top départ de Loc’oto, filiale proposant aux entreprises des formules de location moyenne et longue durées. 350 mises à la route sont visées pour cette première année

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page