Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Inteva Products bientôt fixé

Inteva France sera fixé le 9 octobre 2020 sur la suite de la procédure.

Inteva Products bientôt fixé

Le tribunal de commerce d'Orléans a reporté au 9 octobre 2020 sa décision concernant le repreneur de l'équipementier automobile Inteva Products, en redressement judiciaire depuis juin.

 

La filiale française du groupe américain, spécialisée dans la fabrication de moteurs de lève-vitres et de serrures de véhicules, emploie 656 salariés, répartis sur trois sites, à Saint-Dié-des-Vosges (Vosges), Esson (Calvados), et Sully-sur-Loire (Loiret), son siège social. Le groupe s'est déclaré candidat à sa propre reprise, une procédure facilitée par une ordonnance de mai 2020 qui permet au passage un apurement du passif. Son offre prévoit la fermeture du site de Saint-Dié (222 salariés), la poursuite de l'activité à Esson (238 salariés) et 42 licenciements sur 160 postes à Sully-sur-Loire.

 

L'autre offre émane d'un duo d'entrepreneurs, Emmanuelle Gautier et François Huon. Elle prévoit de conserver le site d'Esson ainsi que 35 postes dans le Loiret. Toutefois les garanties financières nécessaires au rachat, d'un montant d'un million d'euros, ne sont pas encore réunies. Les porteurs du projet en attribuent la faute à la direction d'Inteva Products, qui, selon eux, n'avait toujours pas procédé, vendredi 2 octobre, à la communication de documents demandés par les candidats repreneurs.

 

"Le tribunal nous a demandé une liste des documents dont on avait besoin. Il y a en onze, comme des documents sur l'évaluation des stocks, l'évolution des commandes... Que des documents nécessaires, existants et à jour. Sans ses éléments, on n'a pas de finalisation de financement", avait expliqué François Huon en début de semaine.

 

Dans un communiqué prenant acte de la décision du tribunal de commerce, Inteva Products a rappelé que le financement de son projet "est complètement acquis". "Ce financement de près de 35 millions d'euros permet le rachat des actifs et la constitution du fonds de roulement nécessaire à l'exploitation de la nouvelle société", précise le texte.

(avec AFP)

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Malus au poids : l’amendement est paru

Le texte introduisant le malus au poids dans le projet de loi de finances 2021 vient d’être publié. Comme attendu, seront concernés, à partir de 2022, les véhicules de plus de 1 800 kg avec une pénalité

Renault a soigné son pricing au troisième trimestre 2020

En conjuguant les effets de la reprise des ventes en Europe et une politique commerciale plus vertueuse, le groupe Renault a redressé la barre au troisième trimestre 2020. Le chiffre d'affaires s'établit

PSA se dote d’une business unit dédiée aux utilitaires légers

En France, une nouvelle direction en charge des VUL voit le jour chez PSA. Dirigée par Fayçal Hemia, elle doit permettre à Peugeot, Citroën et Opel de gagner des parts de marché en mobilisant les réseaux,

Ascom Invest (BymyCar) reprend les VTC Marcel

Selon nos informations, les VTC Marcel sont repris par Ascom, la holding de Jean-Louis Mosca, aussi connu pour être le président de BymyCar. Les tractations entre Renault et l'acquéreur ont été bouclées

Les constructeurs vont-ils échapper aux amendes sur le CO2 ?

L’association T&E estime que les constructeurs sont en passe d’atteindre leurs objectifs CO2 de 2020. Pas question de saluer les efforts consentis : T&E accuse les constructeurs de "petits arrangements"

Le véhicule électrique d'occasion aura son bonus

Jean-Baptiste Djebbari, le ministre délégué aux Transports, a annoncé une prime de 1 000 euros pour l'achat d'un véhicule électrique d'occasion et confirmé que le territoire français serait jalonné

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page