Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Sept candidats à la reprise de Novares

Sept dossiers de candidatures ont été reçus par l'administrateur judiciaire.

Sept candidats à la reprise de Novares

Placé en redressement judiciaire après avoir accumulé de lourdes pertes, Novares fait l'objet de sept offres de reprise. Outre des fonds d'investissement, deux équipementiers automobile se sont positionnés.

 

Suite au placement en redressement judiciaire de Novares, le 24 avril 2020, les éventuels candidats à la reprise de l'équipementier tricolore avaient jusqu'à mercredi 13 mai pour déposer leur dossier de reprise. Sept prétendants se sont finalement positionnés, comme l'a indiqué à nos confrères de l'AFP Pierre Boulet, directeur général de la société.

 

Quatre offres émanent de fonds d'investissement - Apollo, Atlas, Quantum et OpenGate - et deux autres d'équipementiers automobile, le français Akwel et l'indien Motherson. En outre, les actionnaires actuels - le fonds d'investissement Equistone qui possède 72 % du capital et la banque publique d'investissement Bpifrance à 15 % - sont sur les rangs avec un plan de cession subsidiaire, c'est-à-dire pour réinvestir dans l'entreprise si les autres projets échouent.

 

Décision rendue le 28 mai

 

Novares, spécialiste des pièces en plastique pour les moteurs, les tableaux de bord ou l'extérieur des voitures, emploie 12 000 salariés dans 22 pays, dont 1 350 en France. Le groupe a été victime de problèmes de trésorerie après l'arrêt de l'essentiel de ses usines provoqué par les mesures de confinement contre l'épidémie de Covid-19. Deux issues à la procédure sont envisagées : un plan de continuation de l'activité approuvé par les actionnaires actuels et les banques de Novares, avec l'entrée éventuelle d'un investisseur supplémentaire, ou la cession du groupe. Dans ce cas, l'offre de reprise des actionnaires actuels constituerait une solution de secours.

 

Equistone et Bpifrance ont accepté de prêter 45 millions d'euros qui permettent la poursuite de l'activité à très court terme, mais un financement total de 115 millions d'euros sera nécessaire. Une audition est prévue le 28 mai devant le tribunal de commerce de Nanterre qui doit rendre sa décision le même jour.

 

400 millions d'euros de pertes

 

Les dirigeants de Novares doivent démarrer, jeudi 14 mai, des échanges avec les candidats pour aboutir à des propositions fermes, seules susceptibles d'être validées, a expliqué Pierre Boulet. Certaines offres de reprise ont des conditions suspensives qu'il faudra lever ou portent seulement sur une partie du groupe. L'équipementier français Akwel (ex-MGI Coutier), de taille comparable à Novares, a annoncé sa candidature mercredi soir. Ce groupe familial, spécialiste de la gestion des fluides et des mécanismes, emploie 12 000 collaborateurs dans 20 pays et a enregistré des ventes record l'an dernier, à 1,1 milliard d'euros.

 

Novares, qui n'avait pas réussi à s'introduire en Bourse en 2018, a accumulé des dettes (400 millions d'euros) pour financer le doublement de son chiffre d'affaires depuis 2012 à près de 1,4 milliard d'euros. (Avec AFP)

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Renault : 2 milliards d'euros d'économies d'abord, la relance viendra plus tard

Renault confirme un plan drastique d'économies qui aboutira à la suppression de 14 600 emplois dans le monde dont 4 600 en France. Le groupe doit baisser ses coûts et redimensionner son outil industriel

Nissan revoit ses priorités

Après que le constructeur a dévoilé une perte nette de 5,7 milliards d'euros pour l'exercice 2019-2020, son plan stratégique prend un relief tout particulier. D'ici 2023, l'heure est aux économies

Quels changements pour l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi ?

Terminée la course aux volumes, l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi a dévoilé sa nouvelle stratégie de leader-follower sur les plateformes, les technologies et les régions. D'ici 2025, l'Alliance

Bonus, primes, bornes, subventions... l'Etat casse sa tirelire pour l'auto

Emmanuel Macron promet 8 milliards d'euros d'aide au secteur pour que la France devienne un grand pays de production de voitures propres. Parmi les mesures annoncées, un bonus de 5 000 euros accordé

Louis-Carl Vignon, Ford France :

A l'heure de la réouverture des showrooms, Louis-Carl Vignon, le directeur général de Ford France, revient sur cette reprise tant attendue. Les premiers retours sont bons et éclairent, un peu, une fin d'année

Bilan mitigé pour les distributeurs du groupe Volkswagen

Le réseau Volkswagen souligne la réactivité du groupe en matière de mesures de sauvegarde des affaires et en faveur de la reprise. Toutefois, quelques maladresses ont pu entacher la communication entre

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page