Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Angela Merkel a officiellement ouvert l'IAA

La chancelière allemande, Angela Merkel, à la tribune lors de l'édition 2017 de l'IAA.

Angela Merkel a officiellement ouvert l'IAA

A l'heure de la révolution électrique, la chancelière allemande n'a pas manqué de souligner que l'Etat serait un soutien mais que les constructeurs devaient relever le défi climatique tout en tissant à nouveau un lien de confiance avec les consommateurs.

 

Chancelière allemande depuis 2005, Angela Merkel a connu des éditions plus fastes du salon de Francfort. Pour ce qui sera sans doute sa dernière ouverture officielle de l'IAA, car Angela Merkel ne sollicitera plus de mandats après la fin de celui-ci en 2021, l'industrie automobile allemande n'est pas au mieux. Comme presque tous les constructeurs du monde, VW, Daimler, BMW et consorts vivent une "révolution" et elle a promis de les aider en précisant toutefois qu'il leur revenait de relever le "défi" climatique et de rétablir la confiance ébranlée par le "dieselgate".

 

"Je pense que ce serait une erreur de penser que nous pourrions proposer des programmes de subventions de l'État qui correspondent aux innovations des dix prochaines années" en matière de réduction des émissions de CO2, a prévenu Angela Merkel. "On ne sait encore jamais vraiment comment les révolutions vont se dérouler, et c'est pourquoi nous devons les organiser de la manière la plus linéaire possible", a-t-elle ajouté.

 

Au même moment, plusieurs dizaines de personnes manifestaient à proximité du salon pour réclamer "la protection du climat plutôt que des SUV". Une manifestation plus importante est prévue samedi. La puissante industrie automobile allemande est sur la défensive depuis plusieurs mois. Les critiques affirment que le secteur ne parvient pas à réduire les émissions de carbone.

 

L'industrie automobile a "une énorme tâche devant elle", réduire de 40 % d'ici 2030 les émissions de CO2, a estimé la chancelière. Atteindre cet objectif est "une tâche herculéenne pour vous et pour nous", a-t-elle lancé aux constructeurs automobiles. D'autant que la "confiance" des consommateurs a été ébranlée par les systèmes "inadmissibles" de trucage des moteurs diesel mis en place par plusieurs constructeurs. "C'est pourquoi il est juste et important que l'industrie fasse maintenant preuve de fiabilité", a fait valoir Angela Merkel.

 

Elle a aussi plaidé pour une diversification de l'industrie automobile, avec le développement en particulier des moteurs électriques. Mais ce virage a un "prix", a-t-elle souligné. Il nécessite en effet de développer de nouvelles infrastructures. "Les voitures ne sont vraiment respectueuses du climat que lorsque l'électricité est produite à partir d'énergies renouvelables", a-t-elle expliqué.

 

"La fiabilité de l'infrastructure de charge (des batteries) est d'une importance capitale pour le succès de l'électro-mobilité", a-t-elle martelé, pointant le fait que les 20 000 points de charge actuels en Allemagne étaient "loin d'être suffisants". "Si la protection du climat est une tâche humaine - comme je le pense -, nous devons payer ce prix, car sinon nous payons des prix complètement différents", bien plus élevés, a-t-elle mis en garde. (avec AFP).

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le groupe Parascandola se développe avec Citroën

Le groupe Parascandola devrait ajouter à son réseau, le 1er janvier 2020, trois concessions Citroën et DS. De quoi lui permettre d’atteindre environ 5 500 véhicules neufs vendus à l’année.

Le groupe RCM acquiert 4 nouvelles concessions Mercedes-Benz Trucks

L’entité Saga Mercedes de l’opérateur rachète le groupe Massoni, qui dispose de 4 concessions localisées dans le Périgord et le Limousin.

Le groupe Maurin prend le panneau Ford en Belgique

L’opérateur nîmois ne s’arrête plus et enchaîne les opérations de croissance externe. Selon l’Autorité de la concurrence belge, le groupe serait en passe d’acquérir deux concessions Ford

Renault s'associe à Mobivia pour racheter Exadis

La maison mère de Norauto a confirmé l’information. Elle s’associe au constructeur en vue d’acquérir les 9 plateformes de pièces de rechange d’Exadis, filiale du groupe Laurent.

Livraison de pièces de rechange : Renault en porte-à-faux

Depuis le début de l’été, la plateforme principale du groupe Renault n’arrive pas à assurer les livraisons de ses pièces de rechange, provoquant la colère de son réseau. Renault répond.

Le groupe Maurin poursuit son offensive dans le réseau Volvo

L’opérateur a officialisé son intention de reprendre les affaires Volvo et Honda, situées à Aix-en-Provence. Une acquisition qui lui permettrait d'entrer dans le top 3 des distributeurs Volvo et d’ajouter

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page