Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
BMW X5 : génération enchantée

Deux tiers des ventes du X5 en France sont réalisées auprès des professionnels et particulièrement des chefs d’entreprise et des TPE-PME (90 %).

BMW X5 : génération enchantée

Si le dynamisme demeure, cette quatrième génération du X5 ajoute plus de polyvalence et fait le plein d’équipements. Le tout dans une atmosphère toujours plus raffinée et luxueuse. Une version hybride rechargeable, équipée d’un 6 cylindres essence, complétera la gamme mi-2019.

 

Apparu en 1999, le X5 va fêter ses 20 ans l’année prochaine. Mais BMW n’a pas attendu cet anniversaire pour offrir une nouvelle jeunesse à son SUV emblématique. La quatrième génération est sur les routes de France depuis le 22 novembre. Premier modèle X de la gamme bavaroise, qui en compte aujourd’hui sept avec le futur X7, le X5 totalise plus de 2,2 millions de ventes à travers le monde. Et la France a apporté son écot à ce succès.

 

Certes, l’année 2004, avec ses 5 000 immatriculations, semble bien loin, mais le X5 a encore représenté 2 367 unités en 2017. La typologie de la clientèle a également évolué avec le temps car, aujourd’hui, près de deux tiers des ventes sont réalisées auprès des professionnels et particulièrement des chefs d’entreprise et des TPE-PME (90 %). Un rapport de force qui ne devrait pas être bousculé.

 

Pas seulement dynamique

 

Si le design semble dans la même veine que la génération précédente, il n’y a pourtant pas grand-chose de commun. Si l’avant joue sur la verticalité, où l’on retrouve d’ailleurs pour la première fois des naseaux d’un seul bloc, les flancs sont plus sculptés, et l’arrière mise sur l’horizontalité et sur de nouveaux feux tridimensionnels. Un caractère bien aidé par de nouvelles proportions grâce à des dimensions en hausse avec, notamment, 3,6 cm de plus pour la longueur, 6,6 cm pour la largeur et 4,2 cm pour l’empattement. L’espace intérieur y gagne logiquement.

 

Sous cette peau, ce X5, bâti avec la nouvelle plateforme modulaire CLAR, bénéficie des derniers raffinements technologiques de la marque, que l’on parle de connectivité, avec deux écrans de 12,3’’, ou d’aides à la conduite, comme en témoigne un nouvel assistant de marche arrière. Le X5 propose aussi pour la première fois une suspension pneumatique qui permet de faire varier la hauteur de caisse de 8 cm. Un pack off-road fait également son apparition au catalogue.

 

Mais le X5 n’en a pas oublié pour autant son caractère dynamique que vient encore accentuer la direction Active Drive, avec ses quatre roues directrices même combinées avec la transmission intégrale. Les suspensions des versions M Sport, avec un autobloquant, peuvent encore renforcer ce trait.

 

L’hybride rechargeable dès mi-2019

 

Sous le capot, que des 6 cylindres, essence et diesel, offrant de 265 à 400 ch. Si le M50d (400 ch et 760 Nm de couple) est ébouriffant grâce au souffle de ses quatre turbos, le 30d (265 ch et 620 Nm) se monte toujours aussi agréable, bien servi par une boîte parfaitement calibrée. Un bloc qui compte aussi parmi ses atouts des émissions de CO2  comprises entre 153 et 175 g/km. Une version qui a représenté plus de 30 % des ventes en 2017.

 

Seule la mouture hybride rechargeable, annoncée pour mi-2019, pourra lui faire de l’ombre. Contrairement au X5 xDrive 40e (23 % des ventes en 2017), qui associait un 4 cylindres et l’électricité, le futur xDrive 45e revient au 6 cylindres pour offrir une puissance cumulée de 394 ch. L’autonomie en 100 % électrique sera de 80 km, ce qui permettra à ce futur X5 PHEV d’afficher une consommation moyenne de 2,1 l et 49 g de CO2/km. Sans doute la version la plus prisée par les entreprises, d’autant que celles en 4 cylindres diesel ne sont pas annoncées.

 

--------------------------------

 

Le X5 en bref

Date de lancement : 22 novembre 2018

Segment de marché : SUV premium

Objectif * : 2 500 unités en année pleine

Principaux concurrents du X5 : 1 128 unités (- 47,7 %), (cumul 11/2018)

Audi Q7 : 1 031 (- 26 %)

Mercedes GLE : 760 (- 29,6 %)

Prix :

Essence : de 74 300 à 80 950 euros

Diesel : de 72 400 à 100 350 euros

 *estimation JA

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Hyundai : le pari payant de l'électrification

Le constructeur a connu depuis le déconfinement un volume d'activité qualifié d’extraordinaire. La conséquence d'une stratégie décidée pendant la crise : miser plus que jamais sur ses modèles

Carlos Gomes à la direction générale de BYmyCAR

Le groupe BYmyCAR ouvre pour la première fois de son histoire son capital au management et accueille à cette occasion un nouvel homme fort, Carlos Gomes, qui en devient directeur général.

Daimler souhaite vendre l'usine d'Hambach

Le groupe allemand, qui fabrique des Smart depuis 1998 en Moselle, vient d'annoncer son intention de vendre le site d'Hambach. Cette usine devait pourtant produire des modèles électriques de Mercedes.

Ivan Segal, Renault :

En juin 2020, le groupe Renault a gagné 1,5 point de part de marché avec 71 612 immatriculations, en hausse de 6,5 %. Les marques Renault et Dacia profitent pleinement de la prime à la conversion qui pèse

PSA Retail ferme 11 sites sur sa plaque parisienne

La filiale de distribution du groupe PSA annonce une réorganisation de sa présence en région parisienne. 11 sites seront fermés et les salariés redéployés dans les 25 succursales en périphérie

Peugeot condamné en Autriche pour abus de position dominante

Le tribunal des ententes de Vienne a condamné Peugeot pour abus de position dominante et restriction de la liberté de prix, face à un concessionnaire de la marque. Le constructeur devrait faire appel

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page