Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Schaeffler prône la proximité avec le réparateur

Philippe Baudin, Michael Söding, Dr. Robert Felger et Guillaume Donet prêts à recevoir distributeurs et surtout réparateurs durant Equip Auto.

Schaeffler prône la proximité avec le réparateur

Placé au cœur des équipementiers de garage sur Equip Auto, le groupe Schaeffler a affirmé son soutien à la réparation française.

Il y a encore cinq ans, le groupe allemand Schaeffler faisait un “petit” 5 millions d’euros de chiffre d’affaires en rechange en France. Aujourd’hui, il en réalise 75 millions, à l’aide de ses trois marques LuK (embrayages avec une place de leader), Ina (galets, parmi les deux premiers) et Fag (roulements, dans les trois premiers), et ambitionne de faire encore mieux, comme en témoignaient ses trois stands et la mise en avant d’une quatrième marque, Ruville. Cette dernière répondra au besoin de distribuer des produits rechange, que ne fabrique pas forcément Schaeffler, mais qui seraient complémentaires aux autres marques dans les domaines, par exemple, des éléments de direction, des pompes à eau ou des entraînements par chaînes. En clair, Ruville servira à promouvoir la présence du groupe en seconde monte et à accompagner la stratégie aftermarket mondiale. Qui aurait pu être plus importante encore si… Mais, d’après Michael Söding, qui préside aux destinées de la rechange mondiale de Schaeffler, “aucune décision de rapprochement avec les marques du groupe Continental (détenu à 42 % par Schaeffler, N.D.L.R.) n’est à ce jour envisagé, hormis quelques domaines de coopération technique”.

L’autre réalité de l’aftermarket

Conscient des besoins des réparateurs de disposer d’un soutien technique et technologique pour faire simplement leur travail, Schaeffler cible les garages et souligne leur importance en ces termes : “Notre choix délibéré de nous installer dans la zone dédiée aux garagistes montre combien ils sont un élément moteur dans le développement de nos produits en rechange. Le groupe s’appuie sur quatre piliers, commente Robert Felger, vice-président produits et marketing aftermarket, l’innovation des produits, l’excellence de la fabrication, les solutions “intelligentes” tournées vers le client et les liens très forts tissés entre les clients et leur fournisseur. C’est grâce à ces liens que l’on mesure les besoins du marché et que l’on réussit à garantir une gamme très puissante tout en servant au garage un nombre de références le plus petit possible. Grâce à l’amplitude de notre gamme de produits et une gestion plus construite, l’atelier gagne en productivité et compétitivité.” Un commentaire que ne manque pas de compléter Michael Söding, non sans passer un message à ses collègues de la première monte : “Le marché de l’après-vente est en plein paradoxe. Lorsque vous évoquez la nécessité de l’aftermarket à un équipementier OEM, il ne la voit pas, puisque les composants que demandent les constructeurs sont destinés à tenir la durée de vie du véhicule. Or, la réalité est tout autre, elle intègre la conjonction des éléments entre eux, les pannes, des joints mauvais qui entraînent le changement d’un embrayage, par exemple. En réalité, le marché de l’après-vente doit être particulièrement réactif, inventif, et nous devons faire en sorte que les indépendants puissent travailler dans les mêmes conditions que les autres.” De là l’attention apportée aux garages via la distribution, et la présentation des produits OE sur le salon comme les démonstrations techniques : “Nous permettons aux réparateurs de s’attaquer à des opérations de plus en plus complexes”, confirme Philippe Baudin, le patron pour la France. “Notre activité seconde monte automobile ne comprend pas uniquement la fourniture des produits, mais consiste aussi, par les services et l’accompagnement, à faire que le garage puisse gagner en productivité et n’essaie pas de gagner 20 euros de plus sur un embrayage, sur la pièce, mais performe sur sa main-d’œuvre en économisant du temps grâce à la qualité de la pièce, de ses conditions de montage, de ses informations techniques, de son identification, etc. C’est ce que nous lui apportons et c’est ce partenariat qui est gagnant”, souligne Michael Söding, Et le marché semble lui donner raison, puisque le groupe est en croissance partout dans le monde (en rechange comme en OE), et en France également (même en Grèce !), grâce à la politique de services et de formation, mais aussi, bien sûr, à l’innovation déjà présente en rechange, comme le double embrayage à sec, les volants bimasse, les roulements de roue.

 

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Prime à la conversion, bonus... le plan de relance entre en vigueur

Le décret précisant les nouveaux bonus et conditions d'accès à la prime à la conversion est paru le 30 mai 2020 pour une mise en application dès ce lundi 1er juin. En voici les détails...

Renault : 2 milliards d'euros d'économies d'abord, la relance viendra plus tard

Renault confirme un plan drastique d'économies qui aboutira à la suppression de 14 600 emplois dans le monde dont 4 600 en France. Le groupe doit baisser ses coûts et redimensionner son outil industriel

Nissan revoit ses priorités

Après que le constructeur a dévoilé une perte nette de 5,7 milliards d'euros pour l'exercice 2019-2020, son plan stratégique prend un relief tout particulier. D'ici 2023, l'heure est aux économies

Quels changements pour l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi ?

Terminée la course aux volumes, l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi a dévoilé sa nouvelle stratégie de leader-follower sur les plateformes, les technologies et les régions. D'ici 2025, l'Alliance

Bonus, primes, bornes, subventions... l'Etat casse sa tirelire pour l'auto

Emmanuel Macron promet 8 milliards d'euros d'aide au secteur pour que la France devienne un grand pays de production de voitures propres. Parmi les mesures annoncées, un bonus de 5 000 euros accordé

Louis-Carl Vignon, Ford France :

A l'heure de la réouverture des showrooms, Louis-Carl Vignon, le directeur général de Ford France, revient sur cette reprise tant attendue. Les premiers retours sont bons et éclairent, un peu, une fin d'année

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page