Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page

"Formation, garantie et PL"

Daniel Roy, directeur de l’activité véhicules d’IMA Technologies - Le spécialiste de la relation client et de l’assistance, tant technique que juridique, va chercher à accroître sa présence sur ces trois marchés.

JOURNAL DE L’AUTOMOBILE. Quel bilan tirez-vous de l’exercice 2011 d’IMA Technologies ?
DANIEL ROY.
Un bilan très positif. Nous avons dégagé un chiffre d’affaires d’environ 17 millions d’euros et nous avons traité de l’ordre de 120 000 dossiers dans le seul secteur de l’automobile (N.D.L.R. : 15 millions d’euros et 105 000 dossiers en 2010). Sur la période, nous avons à la fois signé de nouveaux contrats et lancé de toutes nouvelles offres, notamment via notre marque Diag Assistance. Nous avons, par exemple, étendu à l’ensemble du territoire notre partenariat de gestion de service clients avec Norauto et nous avons pris en charge la hotline technique pièces de rechange poids lourds de Febi Bilstein, IMA Technologies demeurant plus que jamais le partenaire hotline de Bosh dans tout l’Hexagone.

JA. Et côté produits ?
DR.
Nous avons démarré notre activité de formation à distance pour techniciens et nous venons juste de lancer une offre baptisée “garantie constructeur renforcée”. Celle-ci permet à un professionnel indépendant de ne plus craindre d’intervenir sur des véhicules récents, dans la mesure où un automobiliste peut toujours se retourner contre lui si un litige intervient avec un constructeur au niveau de la prise en charge de la garantie. L’objectif est de régler le litige en démontrant au constructeur que, pour peu que l’entretien ait été opéré selon ses propres préconisations, le problème ne peut avoir la prestation de révision pour origine. Cette offre a reçu un très bon accueil lors du dernier salon Equip Auto. Nous comptons donc logiquement la faire monter en régime courant 2012.

JA. En est-il de même au niveau de votre activité d’assistance PL ?
DR.
Il s’agit effectivement de l’un de nos axes de développement pour les prochaines années. D’autres entités sont donc appelées à rejoindre le groupe Febi Bilstein dans le domaine de la relation client PL au sein d’IMA Technologies. Et les choses avancent plutôt bien : nous sommes déjà en négociation avec trois grands réseaux de garages PL. Cela étant dit, nous aimerions aussi nous déployer auprès de professionnels exploitant des matériels agricoles ou des engins de BTP. Nous souhaitons nous développer dans tous ces nouveaux domaines.

JA. Vous êtes-vous fixé d’autres objectifs sur 2012 ?
DR.
Oui. Nous souhaitons aussi accroître notre activité d’audit et de conseil, accélérer le lancement de notre offre “garantie constructeur renforcée” et développer notre activité de formation, que cette dernière soit assurée à distance ou en présentielle (N.D.L.R. : 7 000 ateliers au moins sollicitent aujourd’hui le service d’assistance technique d’IMA Technologies). Nous aimerions d’ailleurs que la formation représente environ 20 % de notre chiffre d’affaires dans les trois ans à venir. Elle y a participé à moins de 5 % en 2011…
 

Cet Article est extrait de
Pour le découvrir, cliquez ici
Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Chômage partiel : comment ça marche ?

Quelles sont les conditions de mise en oeuvre du dispositif de chômage partiel ? Quels sont les motifs acceptés et qui peut en bénéficier ? Le CNPA a analysé l'ensemble des ordonnances parues au Journal

25 ordonnances pour la sauvegarde de l'activité économique

Le gouvernement a annoncé les 25 mesures qui viennent compléter l'état d'urgence sanitaire. Report de charges, étalement des dépenses, fonds de solidarité... Voici le détail des solutions économiques

Automobile : dans l'attente du décret sur le chômage partiel

Les réparateurs qui ne peuvent ouvrir faute de clients ou de protections suffisantes pourront-ils prétendre au chômage partiel ? L'inquiétude grandit dans les réseaux en attendant le décret d'application.

Deux tiers des entreprises de l'artisanat auto ont fermé leurs portes

D'après la FNA, 67 % des entreprises ont été contraintes de stopper leur activité et les trois quarts de leurs salariés ont été placés en chômage partiel. Le CNPA déplore quant à lui le manque

Le marché pourrait perdre trois quarts de son volume en mars 2020

Avec 59 493 immatriculations enregistrées au 17 mars 2020, celles-ci pourraient chuter de plus de 70 % sur le mois complet. En mars 2019, 225 818 cartes grises avaient été enregistrées.

Coronavirus : les groupes de distribution à l’arrêt

Suite aux mesures de confinement annoncées par Emmanuel Macron lundi 16 mars 2020, les groupes de distribution ont organisé un arrêt total de leur activité. Ils comptent bien utiliser tous les leviers

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page