S'abonner

La recharge à destination toujours plus importante aux yeux des Français

Publié le 23 juin 2023

Par Gredy Raffin
3 min de lecture
Dans l'édition 2023 de l'étude de Shell Recharge Solutions, les conducteurs français de voitures électriques ont fait part de leurs attentes du quotidien. Bien qu'ils ne rechargent pas leurs véhicules tous les jours, la présence d'infrastructures de recharge compte dans leurs choix de destinations.
recharge véhicules électriques
56 % des conducteurs français affirment choisir leur destination en raison de la présence d'une borne de recharge. (©Shell Recharge Solutions)

Les Français n'iront plus dans un lieu par hasard. Cela s'applique tout du moins aux conducteurs de voitures électriques. Dans la dernière édition de l'étude Shell Recharge Solutions, publiée le 23 juin 2023, plus de la moitié des 2 303 sondés (56 %) a expliqué que la disponibilité des bornes de recharge à destination influe sur le choix des lieux de consommation.

 

Un propos confirmé par une autre statistique. 71 % des sondés soutiennent qu'ils se rendraient plus souvent dans certains endroits si une borne de recharge venait à y fleurir.

 

Pourtant, l'étude montre, par ailleurs, que les conducteurs de voitures électriques se disent plus sereins. Preuve en est, la part des sondés qui déclarent ne pas avoir besoin de charger son véhicule tous les jours est passé de 20 à 47 % en un an.

 

39 % d'adeptes de la recharge sur prise standard

 

D'ailleurs, la part des Français qui privilégient les bornes publiques est relativement faible. Elle s'élève à 13 %, tandis que 39 % des conducteurs de voitures électriques ont recours à une prise standard. Autrement, ils sont 35 % des sondés à disposer d'une borne de recharge à domicile. À noter que 5 % des personnes disent ne pas pouvoir se charger lorsqu'elles se trouvent chez elles.

 

La concentration se fait attendre. Pour pouvoir se charger, les conducteurs tricolores font encore appel à plusieurs applications ou plusieurs cartes d'opérateurs. L'étude de Shell Recharge Solutions avance que 64 % des sondés utilisent entre deux et cinq applications. Une part qui était de 66 % l'an passé.

 

Cependant, il faut souligner que 4 % des conducteurs n'ont aucune application (contre 3 % en 2022) et que 18 % n'en ont téléchargé qu'une seule (17 % l'an passé).

 

À lire aussi : Électrification : les entreprises à l’heure du choix

 

En ce qui concerne les cartes, le nombre de personnes interrogées possédant quatre sésames ou plus a diminué globalement de 8 points par rapport à l'année dernière (à 23 %). D'après l'étude, ils sont 62 % des sondés à détenir deux cartes ou plus dans la boite à gants, contre 76 % en 2022. "Cela suggère que l'interopérabilité des réseaux s'améliore", interprète-t-on chez Shell Recharge Solutions.

 

La recharge intelligente comme argument de conversion

 

Le prix, la commodité et l'expérience sont des facteurs de motivation clés pour favoriser l'achat d'une carte de recharge particulière. De fait, les conducteurs de voitures électriques sont favorables à une carte unique pour différents facteurs. 44 % ont fait leur choix de sorte à profiter de tarifs de recharge moins élevés et 27 % pour disposer d'une couverture plus étendue. Dans 13 % des cas, la carte a été poussée par l'employeur ou le leaser.

 

Les fabricants d'équipements et les opérateurs rivalisent d'ingéniosité. Ce que les conducteurs semblent apprécier. L'innovation suscite sans conteste de l'intérêt chez les sondés. La moitié d'entre eux a même fait part de son désir de bénéficier de la fonction de reconnaissance automatique (Plug&Charge). Plus marquant encore, 66 % d'entre eux font de la recharge intelligente un outil de conversion à l'électrique.

 

À lire aussi : Les groupes Lesaffre et Verbaere fondent Born 4 Charging

 

Ils sont presque autant (65 %) à voir dans le V2G une technologie profitable au porte-monnaie. Renault qui en a fait un des sujets de son stand au salon Vivatech sera armé pour attirer les prospects. La recharge sans-fil peine, en revanche, à trouver son public. Seuls 28 % des interrogés l'identifient comme une des commodités essentielles.

Partager :

Laisser un commentaire

cross-circle