S'abonner

Mitsubishi ASX : un Captur diamanté

Publié le 21 septembre 2022

Par Damien Chalon
4 min de lecture
Le plan de développement européen de Mitsubishi passe par le segment B-SUV, sur lequel il s’apprête à lancer le nouvel ASX. Ce Renault Captur rebadgé est attendu pour mars 2023.
Avec l'ASX, Mitsubishi se positionne sur le segment B-SUV, l'un des plus porteurs en Europe.

Enfin du concret chez Mitsubishi. Deux ans après l’imbroglio lié à l’annonce de son départ du marché européen, une décision finalement reconsidérée quelques mois plus tard, le constructeur japonais va de l’avant avec la présentation du nouvel ASX.

 

Ce modèle doit permettre à la marque de renouer avec les volumes sur le Vieux Continent, dans la mesure où il est positionné sur un segment porteur, celui des B-SUV. Mitsubishi s’est pour l’occasion appuyé sur une valeur sûre : le Renault Captur.

 

 

A lire aussi : Mitsubishi France va réduire le nombre d'investisseurs

 

Car l’ASX n’est rien d’autre qu’un Captur rebadgé, les différences se limitant aux logos, les diamants remplaçant le losange, et à la calandre qui a été adaptée au style Mitsubishi. Le nouvel ASX sera de fait produit dans la même usine de Valladolid, en Espagne.

 

Les deux constructeurs feront d’ailleurs de même sur le segment des berlines, toujours sur le segment B. La future Colt, attendue pour l’automne 2023, sera très largement inspirée de la Clio. Un double partenariat industriel qui permet de constater que les relations s’améliorent au sein de l’Alliance.

 

Commercialisation en mars 2023

 

Concernant l’ASX, sa commercialisation débutera en mars 2023. Il bénéficie de tous les équipements et motorisations du Captur. Il sera ainsi décliné en versions thermique, micro hybride, full hybride et hybride rechargeable.

 

 

En entrée de gamme, le B-SUV proposera un moteur essence 3 cylindres 1,0 MPI-T de 91 ch associé à une boîte manuelle à 6 rapports. Viendra ensuite un moteur turbocompressé à injection directe 1,3 litre associé à un système micro-hybride, pour une puissance de 140 ch en boîte manuelle et de 157 ch en boîte automatique à double embrayage.

 

A lire aussi : Mitsubishi Motors France étoffe son équipe

 

L’essentiel de la demande devrait s’orienter vers les offres hybrides plus poussées, à commencer par la version full hybride 1,6 l associant deux moteurs électriques, pour un total de 142 ch, une boîte automatique et une batterie de 1,3 kWh. De quoi émarger à 107 g/km de CO2 dans le meilleur des cas.

 

 

La gamme sera donc complétée par une version PHEV de 160 ch articulée autour d’un bloc essence 1,6 l, d’une batterie de 10,5 kWh et de deux moteurs électriques. Les rejets de CO2 sont ici limités à 30 g/km.

 

Garantie constructeur de 5 ans ou 100 000 km

 

A bord, on retrouve logiquement un environnement familier avec, selon les versions, l’écran central allant de 7 à 9,3 pouces, le combiné d’instrumentation numérique allant de 7 à 10 pouces ou encore le système Multi-Sense permettant de paramétrer différents organes du véhicule (direction, puissance moteur…). A cela viennent s’ajouter toutes les aides à la conduite présentes sur le Captur.

 

La seule différence notable porte sur la garantie constructeur, qui est portée par Mitsubishi à 5 ans ou 100 000 km. Le constructeur ajoute même l’assistance routière sur la même période.

Partager :

Laisser un commentaire

cross-circle