S'abonner

Citroën C5 Aircross, opération reconquête

Publié le 12 janvier 2022

Par Damien Chalon
4 min de lecture
En sérieuse perte de vitesse au niveau commercial, le Citroën C5 Aircross évolue esthétiquement, notamment avec une face avant totalement revue. Son design plus statutaire vise avant tout à séduire la clientèle professionnelle.
La face avant du Citroën C5 Aircross a été totalement repensée.
La face avant du Citroën C5 Aircross a été totalement repensée.

Loué dès son lancement, fin 2018, pour ses qualités routières, son confort et sa modularité, le Citroën C5 Aircross n’a sans doute pas eu la carrière qu’il mérite. Arrivé tardivement sur un segment où la concurrence est particulièrement relevée, avec qui plus est un cousin encombrant tel que le Peugeot 3008, le C-SUV aux chevrons a aussi, de toute évidence, été coupé dans son élan par la crise sanitaire.

 

Durant sa première année pleine de commercialisation en 2019, le C5 Aircross a été immatriculé à 34 698 reprises en France, pour une part de marché de 1,6 %. Un début prometteur sans lendemain ou presque. Dès 2020, ses ventes ont plongé de 23,4 %, pour s’établir à 26 577 unités. La crise sanitaire a eu raison de ses ambitions, y compris en 2021 où une nouvelle chute de 17,6 % l’a limité à 21 907 immatriculations.

 

A lire aussi : Citroën en chasse des mauvais utilisateurs d’hybrides rechargeables

 

L’arrivée des versions hybrides rechargeables en septembre 2020 n’a pas eu l’effet escompté, quand bien même elles ont représenté près du tiers des ventes en 2021. Celles-ci se sont faites au détriment des autres propositions, sans propulser le véhicule dans les sphères attendues, à 2 % de part de marché.

 

 

Citroën entend tourner la page de cette première partie de carrière décevante en procédant à une importante mise à jour esthétique. "Tout en capitalisant sur ses points forts […], il gagne en maturité et offre davantage de caractère grâce à un style extérieur plus structuré et à des couleurs et matières plus modernes et qualitatives à l’intérieur", résume Pierre-Yves Couineau, chef de Projet C5 Aircross.

 

Nouvel écran de 10 pouces

 

Le C5 Aircross reçoit une face avant totalement remodelée avec, entre autres, des blocs optiques redessinés proposant une nouvelle signature lumineuse. Tout change sauf le capot. Vu de face, le SUV de Citroën montre un caractère plus affirmé, ce qui était le but recherché. De nombreux ajustements esthétiques ont été opérés ailleurs sur la carrosserie afin que l’ensemble apparaisse plus statutaire. Cela passe par exemple par une nouvelle signature lumineuse à l’arrière ou une teinte bleu éclipse du meilleur effet.

 

 

A bord aussi quelques évolutions bénéfiques sont au menu. Le C5 Aircross se dote d’une nouvelle tablette tactile de 10 pouces, en position plus haute. Un nouvel agencement qui repousse les aérateurs centraux, autrefois placés de part et d'autre de l’écran, en partie plus basse. L’ensemble se veut donc plus moderne et plus ergonomique.

 

Des sièges encore plus confortables

 

Le tout s’accompagne d’une évolution de la console centrale, en particulier pour les versions dotées d’une boîte de vitesses automatique avec un sélecteur e-Toggle beaucoup plus discret. Cela dégage de la place pour un plus grand vide-poches doté d’un support de smartphone.

 

Pour encore plus de confort, Citroën propose ensuite de nouveaux sièges Advanced Comfort, déjà employés sur la nouvelle C4 et à retrouver à bord de la prochaine C5X. Ils sont constitués d’une couche de mousse à haute densité plus épaisse. De quoi conférer, on peut le supposer, un confort encore supérieur. A noter que de nouveaux revêtements sont également proposés.

 

A lire aussi : Peugeot, Citroën et Opel arrêtent les ludospaces thermiques

 

Toutes ces évolutions propulsent assurément le C5 Aircross dans une nouvelle dimension. D’autant plus qu’il conserve ses autres atouts, comme les sièges arrière indépendants et coulissants, sa capacité de coffre intéressante (580 litres en thermique, 460 litres en PHEV), ses suspensions à butées hydrauliques et ses motorisations essence et diesel de 130 ch (BVM et BVA), mais aussi sa déclinaison hybride rechargeable. Il aurait toutefois été judicieux de proposer le SUV en version PHEV de 180 ch, en complément de la version 225 ch.

 

Citroën espère que la clientèle, surtout professionnelle, adhèrera à ces changements. L’ultime argument, qui n’a rien d’anodin dans le contexte actuel, est que le C5 Aircross reste un produit fabriqué en France, du côté de Rennes.

Laisser un commentaire

cross-circle