Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Bosch mise sur l'IAoT

Bosch a créé une cellule de 17 000 personnes pour repenser toute l'ingénierie matérielle et logicielle des véhicules.

Bosch mise sur l'IAoT

Au CES 2021, Bosch a tenu une conférence pour présenter ses nouveaux axes stratégiques. Quel que soit le domaine concerné, le groupe allemand entend s'appuyer sur des solutions qui combinent étroitement l'intelligence artificielle et la connectivité.

 

Bosch a rempli son contrat. Celui d'afficher un bilan carbone neutre, comme le groupe mondial s'y était engagé il y a 18 mois. Cette annonce faite en ouverture de la conférence virtuelle tenue par l'équipementier, dans le cadre du CES, le 11 janvier 2021, a légitimé le reste du propos tenu par les représentants de l'entreprise allemande. Bosch a affiché au salon de Las Vegas sa volonté de miser sur une combinaison d'intelligence artificielle et de connectivité pour franchir les futurs paliers et concevoir les solutions de demain.

 

Les champs d'application de cette approche seront multiples, car Bosch y voit le seul moyen d'accroître l'efficacité énergétique, voire de combattre la pandémie. Dans cette veine, la mobilité n'y échappe pas. Et si les conducteurs de voitures électriques bénéficient de services basés sur la mobilité tels que "Battery in the Cloud", une solution qui réduit l’usure de la batterie jusqu’à 20 % grâce à une analyse logicielle intelligente, la nouveauté en ce début d'année 2021 vient d'ailleurs.

 

Le groupe Bosch a révélé, en effet, avoir fondé, en début d'année 2021, une division baptisée "Cross-Domain Computing Solutions", centralisée aux Etats-Unis et qui ne fédère pas moins de 17 000 collaborateurs. L'équipementier y a attaché des ingénieurs en matériel et en logiciel afin de mettre au point des ordinateurs de bord, des capteurs et des calculateurs divers et variés. Bosch estime pouvoir ainsi aboutir à des solutions favorisant une simplification du développement des véhicules et un lancement plus rapide de nouvelles fonctions.

 

En dix ans, le nombre de lignes de code nécessaires au fonctionnement des véhicules est passé de 10 à 100 millions, selon les analyses de Michael Bolle, le directeur technique du groupe. Il pourrait rapidement atteindre la barre des 500 millions. En montant en compétence sur le rapport entre intelligence artificielle et connectivité, l'équipementier souhaite améliorer le coût de la mobilité, gagner en indépendance sur le prix énergétique, ouvrir de nouveaux segments et débloquer des potentiels humains et techniques.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le groupe Volkswagen manque son objectif CO2 de 0,5 g

Malgré des ventes de modèles électrifiés multipliées par plus de quatre, le groupe Volkswagen n'a pas atteint son objectif CO2 en 2020. Il rate, avec le pool qu'il avait constitué, la cible de 0,5 g en affichant

Volvo France vise 20 000 livraisons en 2021

Porté par ses modèles hybrides rechargeables, Volvo Car France veut renouer avec la croissance en 2021. Il vise 20 000 livraisons, dont 55 % de PHEV. L'année sera aussi synonyme d'un engagement encore

Qui sont les nouveaux cadres du groupe Stellantis ?

Jean-Philippe Imparato chez Alfa Romeo, Linda Jackson chez Peugeot, Thierry Koskas à la vente et au marketing du groupe… Retrouvez l'organigramme complet de Stellantis par marque, région et fonction

Luca de Meo promet la révolution chez Renault

Le directeur général du groupe Renault a dévoilé son plan de relance, baptisé Renaulution. Des économies, moins de plateformes, une quasi-disparition du diesel mais 24 lancements de produits d'ici

Jean Rouyer s'attaque au marché des flottes avec sa filiale Loc'oto

Le distributeur a donné le top départ de Loc’oto, filiale proposant aux entreprises des formules de location moyenne et longue durées. 350 mises à la route sont visées pour cette première année

Renault : des ventes sous la barre des 3 millions de véhicules en 2020

Le groupe français a immatriculé 2,949 millions de véhicules dans le monde en 2020, un volume en baisse de 21,3 %. Sa forte exposition dans les pays les plus touchés par la pandémie explique ce recul.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page