Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Le président de Continental démissionne

Elmar Degenhart, à la tête de l'équipementier allemand depuis 2009, quittera son poste le 30 novembre 2020 pour des raisons de santé.

Le président de Continental démissionne

Elmar Degenhart, à la tête de l'équipementier allemand depuis 2009, quittera son poste le 30 novembre 2020 pour des raisons de santé. Continental est engagé dans une vaste réorganisation.

 

"Après un grand effort donné au profit de notre groupe, je dois mettre ma santé au premier plan", a affirmé Elmar Degenhart, cité dans le communiqué. Le président Continental va démissionner en novembre 2020 pour des raisons de santé, après onze ans à la tête du groupe, engagé dans de vastes restructurations face à la crise du Covid 19. Il a "informé le conseil de surveillance de son intention de démissionner de son mandat le 30 novembre pour des soins préventifs urgents", a indiqué Continental dans un communiqué jeudi 29 novembre 2020.

 

L'instance de surveillance doit désormais être réunie dans "un délai rapide pour décider la nomination de son successeur", précise Continental. Son successeur pourrait être le président actuel de la division automobile, Nikolai Setzer, 49 ans, selon l'agence de presse américaine Bloomberg, qui cite des sources internes.

 

Elmar Degenhart était à la tête de l'équipementier automobile allemand depuis 2009. Son mandat, le troisième consécutif, devait se terminer en août 2024. Elmar Degenhart "mérite les plus grands remerciements" pour son "bilan couronné de succès", a affirmé le président du Conseil de surveillance du groupe, Wolfgang Reitzle, lui aussi cité dans le communiqué.

 

Mais le directeur avait également été critiqué pour sa gestion de la restructuration, notamment par certains membres du Conseil de surveillance et des responsables politiques. L'équipementier automobile allemand avait annoncé, en septembre 2020, l'extension d'un vaste programme de restructuration lancé en 2019, visant désormais un milliard d'euros d'économies annuelles dès 2023. "J'aurais aimé participer à notre programme de transformation structurelle", a ajouté Elmar Degenhart.

 

Au total, près de 30 000 emplois sur 232 000 dans le monde doivent être "modifiés, délocalisés ou abandonnés" d'ici 2029, dont 13 000 se trouvent en Allemagne. Lors du lancement du plan en septembre 2019, le groupe visait seulement 20 000 postes et 500 millions d'économies annuelles d'ici quatre ans. Mais la pandémie du Covid 19, qui a plongé le secteur automobile, déjà mal en point, dans le marasme, a aggravé la situation financière du groupe. (avec AFP)

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Ouverture des commerces : un espoir pour le 28 novembre 2020

Le gouvernement a réuni les fédérations pour envisager la prochaine ouverture des commerces, selon des règles sanitaires strictes. Le CNPA estime que les discussions vont dans le bon sens. Pour l'instant,

Affaire Hory contre PSA : la Cour de cassation ordonne la reprise du contrat de DOPRA

La Cour de cassation vient d'annuler l'arrêt de la cour d'appel de Rennes, qui ordonnait la résiliation du contrat entre la plateforme de pièces de rechange du groupe Hory et PSA. Résultat : le constructeur

Jacques-Edouard Daubresse bientôt directeur de DS France

Selon nos informations, la direction générale de DS France devrait prochainement être confiée à Jacques-Edouard Daubresse, directeur pièces et services de PSA.

Le groupe Amplitude va ouvrir quatre sites MG

L’opérateur deviendra l’un des premiers investisseurs privés représentant MG. Quatre concessions devraient ouvrir leurs portes d'ici la fin de l'année 2020, en Seine-et-Marne et dans l'Oise.

Confinement : les règles du commerce restent inchangées jusqu’au 1er décembre 2020

Sans grande surprise, Jean Castex, Premier ministre, a annoncé, suite au Conseil de défense, le maintien des règles actuelles du confinement et la fermeture des commerces non essentiels, dont l'automobile,

Bridgestone dit non au plan de continuation proposé par l'Etat

Le scénario présenté par le gouvernement pour sauver l'usine de Béthune n'a pas été approuvé par Bridgestone qui confirme donc la fermeture. Les pouvoirs publics veulent toutefois trouver une autre

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page