Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Retour en grâce de la Toyota Camry

Après 15 années d'absence, la Toyota Camry revient en Europe seulement en motorisation hybride.

Retour en grâce de la Toyota Camry

Disparue du catalogue européen depuis 2004, la Toyota Camry revient à l’occasion d’une huitième génération totalement renouvelée. Seulement disponible en hybride, elle devrait réaliser le gros de ses ventes auprès des professionnels.

 

Comme la parenthèse Auris, celle de l’Avensis est close. En effet, après le retour de la Corolla, voici celui de la Camry ! La grande berline nippone, lancée en 1982 et qui se vend à 700 000 unités par an à travers le monde, revient sur les routes européennes après avoir disparu du catalogue en 2004. Comme les dernières productions de la marque, cette 8e génération a dû être développée en tenant compte de l’injonction du grand patron de Toyota devenue une règle depuis 2014. En effet, Akio Toyoda avait lancé : "No boring cars !" que l’on pourrait traduire par : "Fini les voitures ennuyeuses !" Les ingénieurs sont ainsi partis d’une feuille blanche et de la nouvelle plateforme modulaire baptisée GA-K issue de la TNGA (Toyota New Global Architecture). Pour autant, une berline de 4,88 m n’a pas vocation à devenir une sportive, mais à offrir un certain plaisir de conduite mêlant précision, agrément et confort. Une subtile alchimie trouvée par les équipes de Masato Katsumata, l’ingénieur en chef de la Camry cuvée 2019.

 

Seulement en hybride

 

Le style se devait également d’éviter l’ennui. Sans révolutionner les codes de la berline, la Camry ne manque pas de personnalité avec cette face avant très horizontale et un fort épaulement des ailes arrière. Mais finalement, le plus important, et ce qui fera sans doute le succès de cette berline sous nos latitudes, se cache sous le capot. En France, la Camry ne sera proposée qu’en hybride. Le système marie un bloc essence de 2,5 l de 177 ch et l’électricité pour offrir une puissance cumulée de 218 ch. Le tout donné pour une consommation de 4,3 l, soit des émissions de CO2 comprises entre 98 et 101 g/km selon le cycle NEDC corrélé (119 à 127 g/km en WLTP). Une performance pour une berline de ce gabarit, d’autant qu’il est possible d’atteindre réellement cette consommation en jouant le jeu de la conduite hybride et ainsi de tirer le meilleur du système et du moteur de 2 487 cm3 dont le rendement atteint 41 %. Un record.

 

81 % des ventes à Pro

 

En revanche, au niveau commercial, les records ne devraient pas tomber car le segment des grandes berlines n’est plus ce qu’il était en France. Entre 2011 et 2018, il est passé de 5 à 1,7 % du marché, soit de 130 000 à 44 000 unités. Toyota pense toutefois qu’il devrait dépasser les 50 000 ventes cette année. Dans ce contexte, la Camry, qui débarque de l’usine japonaise de Tsutsumi, devrait s'écouler à un millier d'exemplaires par an et dans la très grande majorité des cas auprès de professionnels. En effet, les « user chooser », les TPE-PME, qui restent le cœur du business professionnel de la marque, mais aussi les taxis et autres VTC devraient représenter 81 % des ventes. Une cible qui explique naturellement la domination de la finition Business (70 %) dans les prévisions. La Camry, dont les 98 g/km signifient une exonération de TVS pendant trois ans, va ainsi venir renforcer la performance de Toyota sur ce canal, où le nippon enregistre déjà de très bons résultats avec des commandes depuis le début de l’année. De quoi faire grimper, avec la montée en puissance du Rav4 et de la Corolla, les ventes aux flottes (hors LCD) à plus de 30 %, contre un peu moins de 28 % en 2018.

 

----------------------------------

 

La Camry en bref

 

Date de lancement : avril 2019

Segment de marché : berlines familiales

Objectif : 1 000 unités par an

Principales concurrentes de la Camry (berlines, cumul 1er trimestre 2019)

• Peugeot 508 : 2 849 (+ 197 %)

• Renault Talisman : 1 782 (- 0,8 %)

• Ford Mondeo : 492 (- 71 %)

Prix : de 36 900 à 44 500 €

------------------------------------

 

 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Renault : Thierry Bolloré écarté et remplacé par Clotilde Delbos

Le conseil d'administration de Renault a donc choisi de mettre un terme, avec effet immédiat, aux mandats de Thierry Bolloré. Clotilde Delbos va assurer l'intérim à la direction générale, avec l'appui

Première visite guidée d'Autosphere à Nantes

REPORTAGE - Ouvert en juin dernier, le tout premier point de vente d'Autosphere révolutionne la vente physique de véhicules d'occasion. Un concept que le Journal de l'Automobile a parcouru dans la peau

Pierre Boutin :

Quelques semaines après la présentation de l'ID.3 et de la nouvelle image de marque du constructeur, Pierre Boutin, directeur de Volkswagen en France, explique les axes de travail pour réorganiser le commerce.

Top 10 des ventes VO en septembre 2019

Alors que le marché a enregistré un bond de 5,36 % sur le mois, l’embellie a particulièrement profité à certains modèles. En l’occurrence la Renault Clio IV qui truste une nouvelle fois le podium

Les points marquants du marché auto en septembre 2019 : explosion artificielle

Bonne rentrée pour le marché automobile français du VP neuf. Alors que septembre 2018 avait été marqué par un effondrement pour cause de cycle NEDC corrélé, c’est tout logiquement que ce même

François Zimeray, avocat de Carlos Ghosn :

Le Journal de l'Automobile a rencontré François Zimeray, l'un des avocats français de l'équipe de la défense de Carlos Ghosn. Spécialiste des droits de l'homme, ce dernier se prépare pour faire

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page