Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Faible croissance des français en Europe en février

Faible croissance des français en Europe en février

Février est venu confirmer le mauvais début d’année 2019 du marché du VP neuf en Europe, sur lequel les français n’ont pas particulièrement brillé.

 

Après un repli de 4,6 % en janvier, le marché européen du véhicule particulier neuf a continué sur sa trajectoire négative selon l'ACEA. Sur ce mois, 1 114 692 VP neufs ont été écoulés, soit un recul de 1 % par rapport à la même période de l’année précédente. Et ce, malgré les bonnes performances de trois des cinq marchés les plus importants : l’Allemagne, avec une croissance de 2,7 % et 268 867 unités, la France avec une hausse de 2,1 % à 172 438 VP et le Royaume-Uni qui a connu une progression de 1,4 % à 81 969 exemplaires.

 

Des performances qui n’ont toutefois pas pu compenser les forts reculs observés en Espagne (-8,8 % et 100 701) et en Italie (-2,4 % et 177 825 exemplaires). Même les résultats des marchés d’Europe de l’Est habituellement bien supérieurs à la moyenne sont finalement plutôt contrastés en février (voir tableau 1).

 

Les Français n’ont pas brillé

 

Les résultats ont été aussi variés en considérant les groupes automobiles. Sur ce marché européen, en février, les Français n’ont pas brillé : PSA a enregistré la moins mauvaise performance, avec une hausse de 1 % et 195 658 unités. Les bon résultats de Citroën et DS, ayant respectivement engrangé 7,2 et 2,8 % de croissance soit 52 355 et 2 713 unités, ont partiellement compensé ceux plus mitigés de Peugeot (+0,4 % et 78 162 VP), mais surtout d’Opel / Vauxhall (-2,9 % et 62 428 unités). Du côté de Renault, les immatriculations ont stagné à +0,3 % et 120 084 exemplaires. La marque au Losange a vu sa demande européenne se replier de 1,6 % à 78 121 unités, tandis que celles de Dacia et Lada se sont respectivement accrues de 2,9 et 22 % soit 41 109 et 526 unités (voir tableau 2).

 

Mais les groupes étrangers non plus

 

Les groupes étrangers n’ont pas été épargnés par cette morosité. Le premier d’entre eux en termes de volume, Volkswagen, a subi un repli de 0,7 % à un peu plus de 271 477 unités. Si Volkswagen et Skoda ont su maintenant la tête haut de l’eau (respectivement +3,4 et 0,5 % soit 126 966 et 55 014 unités), Seat a stagné à une vingtaine de VP près, Audi et Porsche ont plongé avec respectivement -7,2 % et 52 665 unités et -44,3 % et moins de 2 725 VP écoulés. FCA, le quatrième groupe le plus important en Europe, a vu ses immatriculations reculer de 5,3 %, plombé par les mauvaises performances de Fiat, (-11,5 %) et d’Alfa Romeo ( -42,7 % que ne sont pas parvenus à compenser les bons résultats de Jeep (+25 %) et Lancia (+38 %).

 

Parmi les autres mauvaises nouvelles en février, la régression du groupe BMW (-3,3 %) et de Ford (-5,3%). Les Asiatiques sont aussi dans une mauvaises passe en Europe : Nissan chute de 24,2 %, Honda de 8,7 %, Mazda de 3,8 %, Toyota de 2,2 % et Hyundai de 0,2 %. A noter en revanche les bonnes performances des premium ce mois-ci, dont Daimler (+5 %), Volvo (+7,6 %). La palme de la croissance est toutefois a attribuer à Mitsubishi avec un bond de près de 30 % et la barre des 10 000 exemplaires vendus.

 

Tableau 1

 

 

Tableau 2

 

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
L'incontournable mais problématique vente en ligne

La majorité du parcours client est déjà digitalisé mais l'ultime acte, l'achat, peine encore à être dématérialisé. Tous les constructeurs traditionnels mènent des expérimentations pour faire

L'arrêt des voitures thermiques coûtera plusieurs centaines de milliards d'euros

En 2040, le gouvernement a prévu la fin de la commercialisation des voitures thermiques. Mais le coût de cette décision est-il bien mesuré ? Un rapport parlementaire parle de plusieurs centaines de milliards

Renault nomme en France, en Europe et en Chine

La France, l'Europe mais aussi la Chine et la zone Pacifique sont au centre des nominations que Renault vient d'annoncer.

Carlos Tavares, PSA :

Le patron de PSA prévoit un impact sur l’ensemble de la filière automobile dès la mise en œuvre des normes d’émission de CO2 en 2021. Le groupe pilote d’ores et déjà ses niveaux de stocks

Les immatriculations 2018 de véhicules diesel ont encore baissé en Europe

Les dernières statistiques de l'Acea montrent un recul de 18,3 % des immatriculations de véhicules diesel dans l'Union européenne en 2018, au plus grand bénéfice de l'essence. La part des véhicules

Electromobilité : les points à retenir du rapport reçu par l'Elysée

Quatre mois après avoir confié une mission sur les nouvelles mobilités et les véhicules autonomes à Patrick Pelata et Xavier Mosquet (BCG Consulting), Emmanuel Macron a présenté les conclusions

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page