Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Amaury de Bourmont :

Citroën dispose d'un carnet de commandes bien garni qui lui fait espérer atteindre 10 % de part de marché en 2018.

Amaury de Bourmont : "La croissance de Citroën touche toute la gamme"

Citroën a bien tourné la page des problèmes de livraison du C3 Aircross : la marque retrouve son dynamisme et surtout dispose d'un carnet de commandes bien garni qui lui fait espérer atteindre 10 % de part de marché en 2018.

 

Avec une croissance de 14,7 % des immatriculations qui atteignent 18 780 unités en octobre 2018, Amaury de Bourmont, directeur du commerce France de Citroën, affiche son sourire. Sur un marché en baisse de 1,5 %, la marque aux chevrons avance une part de marché de 10,8 %. Au cumul des dix mois de l'année, la marque ne parvient pas encore à cette limite de 10 %, mais Amaury de Bourmont estime le gain réalisable.

 

"Nous voulons passer au-delà de 10 % de part de marché sur l'année et pour y parvenir nous devons aller chercher 0,2 point supplémentaire. C'est possible si nous gardons le même cap dans les prises de commandes, affirme-t-il. Beaucoup de signaux sont positifs d'autant que nous bénéficions d'un réel effet de gamme."

 

De fait, l'ensemble des modèles ou presque participent à cette progression. Seul le C4 Picasso II s'effondre après des années de loyaux services. Mais plus encourageant encore : les prises de commandes restent très fortes et la hausse s'écrit à deux chiffres. "Nous enregistrons même notre meilleur mois de commandes sur le canal des particuliers, notamment grâce à C1, C3 et C3 Aircross. Le nouveau Cactus trouve également ses marques", poursuit Amaury de Bourmont.

 

Sur le canal des particuliers, Citroën fait mieux que le marché global. Alors que la clientèle des particuliers pèse 53,4 % des immatriculations d'octobre, celle de Citroën représente 56,4 % de son volume total. Novembre 2018 devrait être porté par l'arrivée du C5 Aircross, dont un exemplaire sera présent dans chaque showroom pour l'ouverture des commandes. "Tout se passe comme prévu, nous n'avons pas de retard pour le lancement du véhicule qui est prévu pour janvier 2019", appuie le directeur du commerce France.

 

Ne pas se fier aux chiffres de DS

 

Pour la marque DS, les chiffres ne reflètent pas le même optimisme : le volume global chute de 12 % en octobre (1 506 unités). Mais, pour Amaury de Bourmont, cette baisse est surtout le reflet d'une moindre proportion des immatriculations tactiques cette année par rapport à 2017. "Le réseau voit ses immatriculations progresser de 12 %. DS 7 continue de trouver sa place et le mois de commandes a été satisfaisant."

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Renault : Thierry Bolloré provisoirement aux manettes

Le conseil d'administration a logiquement choisi le numéro deux de Renault pour assurer provisoirement la direction exécutive du groupe. En attendant des informations du Japon, Carlos Ghosn demeure le PDG du constructeur

Mercedes-Benz entame une grande transformation de son réseau de concessions

Mercedes-Benz met son réseau mondial sur la route de la digitalisation avec de nouveaux standards pour ses concessions. Como, un des plus importants distributeurs de la marque en France, a été l'un

Paris et Renault officialisent leur union

Comme attendu, la Ville de Paris et le constructeur tricolore ont posé les bases de l'après Autolib. D'ici septembre, Renault déploiera dans la capitale une nouvelle offre de mobilité combinant un service

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page