Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
La Mairie de Paris reçoit des candidats à l'après Autolib

Anne Hidalgo, Maire de Paris, a commencé son tour de table pour un nouveau partenariat qui prendrait la suite d'Autolib.

La Mairie de Paris reçoit des candidats à l'après Autolib

Onze constructeurs et sociétés d'autopartage ont été reçus par la Mairie de Paris. Une première prise de contact alors que le contrat qui lie la ville à Autolib se termine en 2023, avec une perte annoncée de 293 millions d'euros.

 

Si la guerre n'est pas encore officiellement déclarée entre la Mairie de Paris et le service Autolib de Bolloré, la situation de crise est tout au moins officielle. Alors que le contrat qui lie les deux parties prend fin en 2023 avec une perte cumulée de 293 millions d'euros, Anne Hidalgo, Maire de Paris, a commencé son tour de table pour un nouveau partenariat.

 

Lundi 11 juin 2018, de nombreux constructeurs et sociétés d'autopartage se sont rendus à l'Hôtel de ville parisien, à l'image de Renault, PSA, BMW, Volkswagen, Daimler, Drivy, Ubeeqo, Zipcar, Citiz, Communauto, Car2Go, Vulog, Zencarz, Sixt, Hertz et Clem'.

 

Pour ces professionnels, le potentiel de véhicules en autopartage pour la capitale s'élève au moins à 20 000 véhicules pour Paris intra-muros et la petite couronne, "ce qui pourrait permettre d'éviter au moins 120 000 véhicules personnels", selon le communiqué de la Ville.

 

"Ces initiatives seraient portées par les acteurs privés, sans fonds publics. La collectivité jouerait son rôle de régulation, par exemple en élaborant une charte de bonnes pratiques qui veillerait notamment au respect du partage de l'espace public et s'imposerait aux entreprises", poursuit le communiqué.

 

Une première rencontre qui ouvre donc les discussions pour le remplacement du service Autolib au cœur d'une polémique avec la Mairie de Paris. Malgré le succès commercial du service d'autopartage, l'échec économique ne peut être que constaté. Le nombre d'abonnés s'élève à 153 542, mais les pertes  se creusent pour atteindre un déficit estimé à 293 millions d'euros en 2023, date de la fin du contrat.

 

Selon l'accord signé entre le groupe Bolloré et le syndicat mixte qui réunit aujourd'hui 60 communes d'Ile-de-France, l'industriel doit prendre en charge le déficit à hauteur de 60 millions d'euros, mais les 40 millions supplémentaires annuels doivent être compensés par les communes adhérentes.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Volvo inaugure sa première usine américaine et dévoile la S60

Le Suédois dispose maintenant d'un outil de production sur son troisième marché mondial, les Etats-Unis. Dans un premier temps, cette usine de Charleston produira la nouvelle berline S60 avant d'être

Rendez-vous en 2018

Votre newsletter quotidienne fait une pause hivernale. La rédaction du Journal de l'Automobile vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année. Retrouvez-nous dès le 2 janvier 2018 !

Peugeot sur la piste des Genius

Une expérimentation a lieu dans le réseau français de Peugeot. Sur un modèle proche des Genius de BMW, la marque souhaite évaluer la pertinence de conseillers en amont du parcours d'achat.

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

PSA va lancer Distrigo sur le marché chinois

Après l'Europe et l'Amérique du Sud, la marque tricolore rassemblant l'ensemble de l'offre en pièces de rechange multimarques du groupe PSA fera son apparition en Chine d'ici la fin de l'année.

Exclusivité JA : AAA Data lance Predictive Solutions

AAA Data lance une offre prédictive d’achat sur le marché automobile français, afin d'aider les professionnels à identifier les potentiels acheteurs de véhicules à un horizon trois mois.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page