Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Drust part à l'attaque des garages

Drust part à l'attaque des garages

Six mois après avoir commercialisé auprès du grand public son boîtier connecté, la start-up va plus loin avec le lancement d'un nouvel outil de fidélisation destiné aux professionnels de la réparation.

 

Drust n'en finit plus de grandir. Fin juin, la start-up dévoilait son tant attendu boîtier connecté qui, après trois ans d'efforts pour le mettre au point, se présentait tel un outil au service du conducteur, aussi pédagogique que pratique, en permettant à ce dernier de réduire sa consommation de carburant, mais aussi de maitriser la maintenance de son véhicule. Tandis que, de l'avis même de Michaël Fernandez, co-fondateur de Drust, la tendance de ces premiers mois s'avère positive, la société dégaine aujourd'hui une nouvelle solution destinée quant à elle aux réparateurs.

 

Avec le lancement de son tableau de bord, Drust entend rester fidèle à sa promesse initiale qui consistait, dès 2014, à "recréer du lien entre le garagiste et l'automobiliste", comme l'indique Michaël Fernandez. Reprenant tous les codes graphiques et ergonomiques de l'application grand public, cet outil de CRM doit permettre à tous les professionnels d'accéder aux données de leurs clients disposant du boîtier Drust, ainsi qu'aux informations portant sur l'état de leur véhicule pour mieux les fidéliser et les satisfaire.

 

Un marché de plus en plus mature

 

Historique des interventions, intégration des factures correspondantes, alertes facilitant le suivi des entretiens, demandes de devis et de rendez-vous en ligne, rien ne manque au dispositif. Pour Drust, tout l'enjeu tient désormais dans la recherche de partenariats. "Pour corréler les modèles, diminuer les coûts ou encore optimiser l'expérience, il nous faut aller chercher du volume, et donc nous rapprocher de grands acteurs du marché", note encore le dirigeant.

 

Après avoir participé à la dernière édition d'un Equip Auto très instructif de ce point de vue, Michaël Fernandez fait état d'un "marché tricolore de plus en plus mature" sur cette question du véhicule connecté. "Nous ne sommes plus dans la nouveauté. Aujourd'hui, les décideurs ont compris tout l'enjeu inhérent à cette question et chacun souhaite s'y positionner, ajoute-t-il. Le marché va bouger, c'est certain, et des discussions devraient aboutir l'an prochain."

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Le marché européen retrouve des couleurs

Avec 1,169 million d'unités écoulées en octobre (+5,9%), les ventes de véhicules sont reparties à la hausse après un mois de septembre maussade. Le marché est avant tout tiré par les Latins. Les constructeurs

Mitsubishi se positionne déjà dans l'Alliance Renault-Nissan

Depuis le Tokyo Motor Show, Mitsubishi a précisé les contours de son intégration dans l'Alliance, son apport s'articulant notamment autour de quatre axes. Trevor Man, COO de Mitsubishi Motors nous en dit plus.

PSA va lancer Distrigo sur le marché chinois

Après l'Europe et l'Amérique du Sud, la marque tricolore rassemblant l'ensemble de l'offre en pièces de rechange multimarques du groupe PSA fera son apparition en Chine d'ici la fin de l'année.

Exclusivité JA : AAA Data lance Predictive Solutions

AAA Data lance une offre prédictive d’achat sur le marché automobile français, afin d'aider les professionnels à identifier les potentiels acheteurs de véhicules à un horizon trois mois.

Zanzicar : la plateforme digitale du groupe Parot est née !

L'opérateur bordelais a dévoilé ce matin les contours de sa plateforme de vente en ligne de VO. Celle-ci est appelée à casser les codes du marché de la seconde main et doit écouler 15000 unités

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page