Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
IA : Bosch va miser 300 millions d'euros

IA : Bosch va miser 300 millions d'euros

L'équipementier doit dévoiler un plan d'investissement massif dans l'intelligence artificielle, lors de son rassemblement annuel. Il compte débloquer 300 millions d'euros, étalés sur les trois prochaines années.

 

Bosch ne passera pas à côté de l'intelligence artificielle. Le partenariat conclu avec NVIDIA dévoilé en ouverture du CES en janvier dernier n'était qu'un aperçu du programme. A l'occasion de sa conférence de groupe, Bosch Connected World, qui avait lieu cette semaine à Berlin, le président, Volkmar Denner, a révélé un projet d'investissement à hauteur de 300 millions d'euros dans la recherche et le développement d'une IA automobile.

 

Le fait est que la conduite automatisée ne pourra se passer de l'IA. Plusieurs pistes s'imposent alors aux équipementiers, celle de s'appuyer sur une intelligence artificielle standardisée livrée avec le matériel des fournisseurs tels que Nvidia, celle de laisser la main aux constructeurs ou d'ajouter cette couche logicielle à forte valeur ajoutée potentielle. Dans le premier cas, Bosch deviendrait dépendant de son fournisseur et risquerait de se fermer des portes. Dans le second cas, l'Allemand n'apporte qu'une fonction "basique" d'intégrateur alors que, dans le troisième scénario, il se positionne sur un marché naissant dont il maîtrisera davantage les paramètres et les fluctuations à l'échelle mondiale.

 

Ces 300 millions dédiés par Bosch prennent donc une importance capitale. L'équipementier allemand devra composer une IA à la fois standardisée pour travailler de concert avec les autres présentes sur les routes, et à la fois personnalisable dans une certaine mesure, comme le faisaient remarquer certains de ces concurrents, à Las Vegas. Et pour cause, les constructeurs – voire les  marques elles-mêmes – pourront en faire des éléments de différenciation marketing.

 

Bosch n'a peut-être fait que dégainer le premier.  En toute logique, on s'attend à une sortie médiatique de ZF TRW dans les prochaines semaines. En effet, au CES, Nvidia avait lister l'autre groupe allemand parmi les clients de son super-calculateur, Drive PX 2. Alors, la stratégie n'avait pas été clairement communiquée par ZF, mais l'enjeu de la prise en main de l'IA avait été évoqué à maintes reprises.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
 Inscrivez vous 
Plus d'articles
Dieselgate : Fiat rejoint Volkswagen et Renault...

Le Parquet de Paris a ouvert une information judiciaire à l'encontre du groupe FCA pour "tromperie aggravée visant les dispositifs de contrôle aux émissions polluantes de [ses] véhicules Diesel".

Une reprise de plus pour By my Car !

Le groupe dirigé par Jean-Louis Mosca et Jérôme Gerbier s'empare d'Auto Losange, distributeur Renault-Dacia dans la banlieue de Grenoble.

T3 : chiffre d'affaires en forte hausse pour Renault

Fort du succès rencontré par ses nouveaux modèles et par la bonne tenue de ses ventes en Europe, Renault voit son chiffre d'affaires progresser de 13% lors du troisième trimestre.

Résultats en baisse pour PSA au 3e trimestre

Confronté à des taux de change défavorables et au vieillissement de ses gammes, le constructeur tricolore voit son chiffre d'affaires reculer de 5% lors des trois derniers mois.

Mercedes a dévoilé son pick-up

Fruit de la collaboration entre Daimler et l'Alliance Renault-Nissan, le pick-up Mercedes sera lancé d'ici la fin de l'année 2017.

Exclusivité JA : Le futur des technologies automobiles selon Deloitte

Une étude réalisée par Deloitte démontre que l'intérêt des Français pour le véhicule autonome est en baisse et qu'ils ne sont pas nécessairement prêts à bourse délier pour toujours plus de technologies.

 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page