S'abonner

Un coup de pouce aux utilitaires électriques

Publié le 26 avril 2021

Par Damien Chalon
2 min de lecture
Afin d’encourager la mise à la route de grands fourgons 100 % électriques, Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, a annoncé une prochaine évolution du bonus. L’objectif visé est de tripler la part de marché des véhicules utilitaires électriques d’ici 2 ans.
Les grands fourgons bénéficieront prochainement d'un bonus plus important.
Les grands fourgons bénéficieront prochainement d'un bonus plus important.

 

Plus de bonus pour les grands fourgons. Bruno Le Maire a annoncé un coup de pouce pour les grands gabarits électriques ce lundi 26 avril 2021 à l’issue du comité stratégique de la filière automobile. "Les dispositifs de bonus et de prime à la conversion seront ajustés pour réduire l’écart de coût d’acquisition et d’usage qui apparaît aujourd’hui trop important pour développer les ventes sur ce créneau", a précisé le ministre de l’Economie par voie de communiqué.

 

L’idée sera notamment de supprimer le principe que la prime allouée à l’achat soit moindre à mesure que l’on grimpe dans l’échelle de prix. A ce jour, les professionnels bénéficient d’un bonus de 5 000 euros pour l’achat d’un VUL de moins 45 000 euros. Un coup de pouce qui tombe à 3 000 euros pour les modèles de plus de 45 000 euros. Cette grille ne favorise donc pas des modèles de grande taille comme les Renault Master Z.E., Volkswagen e-Crafter, MAN e-TGE et Mercedes-Benz eSprinter ou encore le dernier venu, le Fiat E-Ducato.

 

Cet aménagement du bonus, qui doit être précisé prochainement, doit permettre, selon le ministre, d’accélérer les mises à la route. "Au même titre que les véhicules particuliers, les filières de véhicules utilitaires légers et des véhicules industriels s’engagent à poursuivre le renforcement de leur offre de véhicules zéro émission et tripler la part de marché des VUL électriques dans les deux années à venir", ajoute-t-il.

 

Rappelons qu’au cours du premier trimestre 2021, 2 812 véhicules utilitaires légers électriques ont été mis à la route en France. Une goutte d’eau dans un marché qui a cumulé 119 463 immatriculations entre janvier en mars, soit une part de marché des VUL zéro émission de seulement 2,35 %. Et encore, nos chiffres intègrent les voitures de sociétés électriques comme la Renault Zoe, qui a été écoulée à plus de 400 reprises.

Laisser un commentaire

cross-circle