S'abonner

Renault et Plug Power donnent naissance à Hyvia, futur champion de l’hydrogène

Publié le 3 juin 2021

Par Damien Chalon
3 min de lecture
Les activités de la coentreprise de Renault et de son allié Plug Power seront concentrées en France, à Flins et Villiers-Saint-Frédéric, dans les Yvelines. Trois déclinaisons du Master hydrogène seront proposées d’ici la fin de l’année 2021.
Luca de Meo, directeur général du groupe Renault, et Andrew Marsh, directeur général de Plug Power.
Luca de Meo, directeur général du groupe Renault, et Andrew Marsh, directeur général de Plug Power.

 

Renault et Plug Power ont scellé leur union. Leur coentreprise détenue à parts égales dédiée à la mobilité hydrogène, qui répond au nom d’Hyvia, a officiellement vu le jour le jeudi 3 juin 2021, conformément au plan de marche communiqué en janvier dernier. Les clés de la structure sont confiées à David Holderbach qui officiait depuis 2019 en tant que directeur après-vente de la marque au losange au Benelux. Il évolue dans la maison depuis plus de 20 ans à des fonctions stratégiques produit et vente à l’international.

 

L’autre promesse tenue est la localisation de l’ensemble des activités en France. Le siège social ainsi que les équipes de R&D seront localisées à Villiers-Saint-Frédéric, dans les Yvelines (78), au sein du centre d’ingénierie et de développement des véhicules utilitaires du groupe. Les équipes process, fabrication et logistique seront installées à Flins, toujours dans les Yvelines, à proximité immédiate du projet Re-Factory. Y seront transformés les véhicules pour fonctionner à l’hydrogène et produites les stations de recharge, le tout à partir de la fin de l’année 2021. L'entreprise devrait compter une centaine de salariés en 2022.

 

Trois versions du Master en 2021

 

Les véhicules au catalogue seront au nombre de trois dans un premier temps. Il s’agira de trois déclinaisons du Master assemblé à Batilly (54). Hyvia proposera une version fourgon, une version châssis-cabine grand volume et une version City bus pour le transport de personnes. Une autonomie allant jusqu’à 500 km est évoquée, sans plus de précision à ce stade, ainsi que la possibilité de faire le plein d’hydrogène en trois minutes. Il est à noter que l’intégration des piles à combustible se fera avec l’appui de PVI, une filiale de Renault depuis 2017 implantée à Gretz-Armainvilliers (77), et que les réservoirs d’hydrogène seront fournis par Faurecia, un accord ayant été signé en ce sens avec Renault en février dernier.

 

L’objectif d’Hyvia est de proposer un écosystème complet avec des solutions clé en main. C’est pourquoi, outre les véhicules et les stations de recharge, l’entreprise fournira aussi de l’hydrogène "vert" et assurera la maintenance des utilitaires. Viendront s’ajouter des services pour les clients flottes. "Hyvia vend les voitures et aide ses clients à les rendre opérationnelles", indique David Holderbach à nos confrères de l’AFP. Il ajoute qu’Hyvia sera "rapidement très compétitif" tout en évoquant "des contacts préliminaires avec plusieurs types de partenaires potentiels, entre des entreprises aux flottes importantes qui ont un usage intensif et veulent faire du zéro carbone, et des agglomérations ou des institutions".

 

L’ambition de Renault et Plug Power est d’atteindre 30 % de part de marché sur le segment des utilitaires légers à hydrogène en 2030. Une rude bataille sera engagée avec Stellantis, qui s'est associé à Symbio, et dont les premiers utilitaires légers fonctionnant grâce à ce carburant, en l’occurrence les Peugeot e-Expert Hydrogen, Opel Vivavo-e Hydrogen et Citroën ë-Jumpy Hydrogen, arriveront eux aussi d’ici la fin de l’année.


 

 

 

Laisser un commentaire

cross-circle