S'abonner

La Poste va doubler son nombre d’utilitaires électriques d’ici 2025

Publié le 19 mai 2022

Par Florent Le Marquis
2 min de lecture
Le groupe, qui détient actuellement 7 000 véhicules utilitaires électriques, compte atteindre les 15 000 d’ici 2025. Le thermique deviendrait alors minoritaire dans cette flotte. 200 millions d’euros ont été investis.
Dans trois ans, il y aura plus d'utilitaires électriques que thermiques à La Poste. Le poids lourd devra en revanche attendre. © La Poste
Dans trois ans, il y aura plus d'utilitaires électriques que thermiques à La Poste. Le poids lourd devra en revanche attendre. © La Poste

"Nous avons un coup d’avance et nous voulons le garder." Philippe Dorge, directeur général adjoint du groupe La Poste en charge de la branche services-courrier-colis, est ambitieux. L’envergure nationale du groupe l’oblige à poursuivre ses efforts en termes de transition énergétique, alors qu’il est déjà le premier opérateur mondial à avoir atteint la neutralité carbone. Son objectif à horizon 2030 est désormais d’atteindre le "zéro émission nette" de gaz à effet de serre, passant par une baisse des émissions de -30 % dès 2025 (en comparaison avec 2013).

 

Pour y parvenir, continuer de développer l’électrique est une priorité. La Poste dispose déjà d’une flotte considérable de 35 000 véhicules électriques (essentiellement des vélos), dont 7 000 utilitaires. Ces derniers seront plus que doublés d’ici 2025, atteignant les 15 000. La flotte utilitaire du groupe comportera alors plus de moteurs électriques que de thermiques (environ 12 000). Un progrès, alors que 31 % des émissions d’effet de serre du groupe viennent du premier et du dernier kilomètre.

 

200 millions d’euros investis

 

Un investissement conséquent est forcément nécessaire : 200 millions d’euros, soit le tiers de la somme allouée au programme de décarbonation du transport routier de La Poste. Plus du tiers des 8 000 utilitaires électriques sont déjà commandés, principalement chez Stellantis et Renault, principaux fournisseurs du groupe. "Compte tenu des soucis de disponibilités, nous avons élargi nos commandes auprès d’autres constructeurs comme Ford ou Toyota, ajoute Philippe Dorge. En 2025, la livraison d’un colissimo sur deux sera décarbonée, contre 16 % actuellement." A noter que 1 000 vélos cargos vont aussi être déployés, s’ajoutant aux 125 existants actuellement.

 

Le plus gros investissement, 400 millions d’euros, sera consacré au transport lourd, qui représente 52 % des émissions d’effet de serre de La Poste. L’électrique fait aussi figure de solution, comme l’hydrogène. "Pour l’instant, nous sommes surtout sur le biogaz et les biocarburants car ce sont des énergies plus matures", explique Christophe Baboin, directeur transport adjoint de la branche services-courrier-colis. Electrique et hydrogène combinés ne représenteront toujours qu’à peine 8 % de la flotte lourde de La Poste en 2030… Mais l’objectif est d’atteindre les 80 % (50 % d’hydrogène et 30 % d’électrique) en 2050.

Partager :

Laisser un commentaire

cross-circle