S'abonner

Les flottes marquent le pas en septembre 2021

Publié le 1 octobre 2021

Par Damien Chalon
2 min de lecture
Les immatriculations de voitures particulières et d’utilitaires légers en entreprise ont décroché de 18,4 % au mois de septembre 2021, à 65 603 unités. Un petit score qui permet toutefois au marché des flottes de passer le cap des 600 000 mises à la route depuis janvier.
65 603 VP et VUL ont été immatriculés en flottes en septembre 2021, un volume en repli de 18,4 %.
65 603 VP et VUL ont été immatriculés en flottes en septembre 2021, un volume en repli de 18,4 %.

Le canal des flottes, relativement épargné par les tracas qui affectent le marché automobile depuis plusieurs mois, est rattrapé par la dure réalité. La pénurie de semi-conducteurs, qui prive les constructeurs et les distributeurs de véhicules neufs à écouler, se fait désormais ressentir durement sur le BtoB. En septembre 2021, la chute des immatriculations de voitures particulières et d’utilitaires légers a été violente : -18,4 %. Pour un total de 65 603 véhicules.

 

Sur le segment des voitures particulières, le déficit de mises à la route est de 17,4 % par rapport à septembre 2020. Le total mensuel est passé de 48 002 à 39 657 unités. Même constat que les mois précédents, le diesel est en chute libre : -51,5 %, à 12 264 unités. Sa part de marché est ainsi tombée de 52,6 % en septembre 2020 à 30,9 % le mois dernier. Les entreprises se détournent en masse de ce carburant, anticipant les restrictions d’accès liées aux ZFE.

 

L’essence et les propositions hybrides font à présent jeu égal, respectivement avec 11 314 (-13,9 %) et 11 883 (+66,4 %) immatriculations. Les électriques progressent de leur côté de 46,7 % pour atteindre 3 429 unités. Ce qui leur permet de grimper à 8,6 % de part de marché.

 

A lire aussi : Les flottes limitent la casse en août 2021

 

Depuis janvier, le bilan reste positif, les mises à la route de voitures particulières progressant de 18,6 %, à 354 715 unités. Mais à ce rythme, l’avance par rapport à 2020 risque de fondre comme neige au soleil. Dans le détail, ce volume se compose de 130 643 diesel (-16,1 %), 105 558 essence (+19,7 %), 93 202 hybrides (+126,8 %) et 21 665 électriques (+62,3 %).

 

-20 % pour les VUL

 

Les utilitaires légers ont également souffert en septembre, tombant à 25 946 immatriculations, soit une chute de 20 %. Petite surprise, le diesel commence là aussi à être sur le déclin avec un repli de 25,3 %, à 22 529 unités. Il représente encore la majorité du marché (86,8 %) mais il doit désormais composer avec une concurrence essence et électrique mieux armée. Les VUL zéro émission ont frôlé les 1 000 unités (999, +74 %).

 

Avec 219 999 immatriculations depuis janvier (+12,2 %), le diesel reste le patron du marché VUL, lequel s’élève à 246 211 unités (+16,4 %). L’essence (12 499, +43,6 %) et l’électrique (7 354, +64,3 %) montent doucement en puissance mais partent de très loin.

Laisser un commentaire

cross-circle