S'abonner

Volkswagen Taigo : la passe de trois

Publié le 8 février 2022

Par Christophe Jaussaud
4 min de lecture
Avec le Taigo, Volkswagen ajoute un troisième modèle sur le segment des petits SUV qui représente 21 % du marché français. Lancé en janvier 2022, ce SUV coupé sera l’un des atouts de VW pour atteindre 7 % des ventes hexagonales en 2022.
Volkswagen France compte immatriculer 8 000 à 9 000 Taigo en 2022, avant de viser plus haut.

L'objectif de la marque Volkswa­gen en 2022 est clair : atteindre 7 % du marché français, contre 6,3 % en 2021. Pour cela, Gerrit Heim­berg, directeur de VW, table sur une augmentation des ventes de véhicules électriques de 60 %, mais aussi et sur­tout sur les modèles plus traditionnels qui ne sont pas oubliés. En effet, après la Polo ou le Tiguan Allspace en 2021, Volkswagen peut compter dès au­jourd’hui sur le Taigo et viendra ensuite le T‑Roc revisité en mars. La croissance passera aussi par les modèles hybrides rechargeables dont les livraisons ont été perturbées, faisant ainsi gonfler le por­tefeuille. Mais revenons au Taigo.

 

14 000 unités en année pleine

 

Lancé durant le mois de janvier 2022, ce SUV coupé devrait représenter 8 000 à 9 000 ventes cette année, avant de trou­ver un rythme de croisière proche de celui du T‑Cross à 14 000 unités par an, 13 946 en 2021 pour être précis (+ 9,5 %). Ce nouveau venu ira croiser le fer avec les Ford Puma, Toyota Yaris Cross et autres Opel Mokka. Le marché des SUV urbains ne cesse de gagner du terrain et a représenté 21 % des immatriculations en France en 2021 avec 348 000 vé­hicules. Dans l’univers VW, le Taigo vient s’intercaler entre le T‑Cross et le T‑Roc, tout en misant sur une per­sonnalité différente.

 

 

Là où le T‑Cross a une vocation urbaine et familiale, avec des mécaniques 3 cylindres offrant des puissances de 95 à 110 ch, le Taigo mise sur le dynamisme et le style. Sous le ca­pot, en plus des blocs de 95 et 110 ch, ce nouvel entrant ajoute le 4 cylindres TSI de 150 ch offrant un agrément su­périeur. Quant au T‑Roc, reposant sur la plateforme MQB de la Golf (les deux autres utilisant la plateforme MQB A0 de la Polo), il propose des prestations supérieures avec, notamment, 4 roues motrices et des mécaniques diesel et es­sence grimpant jusqu’à 300 ch. Le Taigo TSI 110 en boîte DSG7 en finition Life (26 420 euros) devrait être le best‑seller. La gamme débute à 23 850 euros pour culminer à 32 360 euros. Celle dédiée aux professionnels, Business Life, va de 24 450 à 28 020 euros.

 

Un premier pas vers l’abonnement

 

Le design fera partie des atouts de ce nouveau modèle. Sans révolutionner le genre créé par BMW en 2008 avec le X6, le Taigo le conjugue avec le langage sty­listique actuel de VW marqué, notam­ment, par le bandeau lumineux de la face avant apparu sur la Golf 8. La partie arrière gagne également le sien, c’est une tendance lourde du design automobile actuel. La ligne de toit fuyante et le hayon très incliné terminent de définir cette silhouette de coupé.

 

A lire aussi : Le groupe Volkswagen France en ordre de marche pour 2022

 

Cela étant, les occupants des places arrière conservent de l’espace comme le coffre qui affiche 438 l et peut grimper à 1 222 l une fois la banquette rabattue. À l’intérieur, en revanche, pas de dépaysement puisque le Taigo reprend la planche de bord de la Polo. On y retrouve, de série, deux écrans, ainsi que les dernières Adas de la marque comme, notamment, le Travel Assist. La connectivité n’est pas oubliée avec We Connect et We Connect Plus.

 

 

Pour séduire davantage, Volkswa­gen teste avec ce modèle un nouveau mode de financement simplement baptisé Flexibilité. En plus d’un loyer de 179 euros, le client peut ajouter 10 euros par mois afin de pouvoir, sans frais de dossier, arrêter le financement et rendre la voiture ou changer de mo­dèle ou, encore, ajuster les kilomètres du contrat. Sans doute un premier pas vers une offre d’abonnement. "Nous assistons à une volonté de multiplier les manières de consommer la mobilité, ex­plique Antoine Gaston‑Breton, direc­teur marketing de la marque. L’abonne­ment intéresse aussi bien les particuliers que les entreprises. Mais surtout, nous voyons dans ce dernier la meilleure ré­ponse pour accompagner le développe­ment du véhicule électrique."

 

Partager :

Laisser un commentaire

cross-circle