S'abonner

Mercedes-Benz Vans affiche de grandes ambitions

Publié le 15 février 2022

Par Damien Chalon
4 min de lecture
David Perdomo Hollatz, directeur général de Mercedes-Benz Vans France, table sur une croissance des ventes à deux chiffres cette année, mais aussi en 2023. Entre autres, grâce au nouveau Citan et à ses dérivés.
La nouvelle génération du eSprinter, actuellement en phase de tests, arrivera au second semestre 2023.
La nouvelle génération du eSprinter, actuellement en phase de tests, arrivera au second semestre 2023.

A l’échelle mondiale, Mercedes-Benz Vans a écoulé 334 210 véhicules en 2021, un volume en progression de 2,6 %. En France, la division en charge des utilitaires légers a légèrement reculé, de 2 %, avec un bilan final de 22 889 VUL et une part de marché de 5,3 %.

 

Des chiffres jugés relativement corrects par David Perdomo Hollatz, directeur général de Mercedes-Benz Vans France, qui ne manque pas de souligner que le marché français des utilitaires a accusé un déficit de 7,5 % l’an dernier.

 

Le produit le plus prisé de la gamme a été l’indéboulonnable Sprinter avec près de 12 000 unités, devant le Vito à 9 000 unités et le Citan à 1 500 unités. Ce dernier, arrivé en cours d’exercice, connaît des bons débuts avec une croissance de 30 % par rapport à la précédente génération, certes peu génératrice de volumes.

 

+7 % pour le VO

 

D’autres indicateurs témoignent d’un certain dynamisme de la marque en 2021. L’activité après-vente a vu son chiffre d’affaires progresser de 7 %, le business VO a enregistré une hausse de 17 % (21 600 unités) et le ratio VO/VN s’est amélioré pour atteindre un VO vendu pour 2,5 VN.

 

David Perdomo Hollatz se félicite également de la montée en régime des contrats de services, souscrits dans 52 % des ventes, idem pour les services de connectivité qui ont concerné pour leur part 78 % des ventes.

 

Pour 2022, les ambitions sont fortes même si "les semi-conducteurs demeurent un sujet en ce début d’année", admet le directeur général. L’objectif premier sera de livrer un portefeuille très rempli le plus vite possible.

 

Il faudra pour cela que les usines retrouvent un niveau d’activité digne d’avant-crise, ce qui n'est pas encore le cas, et espérer un raccourcissement des délais de livraison, actuellement de 5/6 mois minimum avec certains équipements indisponibles. Par ailleurs, la marque et son réseau de 104 points de vente ne peuvent plus piocher dans les stocks, qui sont au plus bas.

 

Croissance à deux chiffres en 2022 et 2023

 

Toujours est-il que David Perdomo Hollatz mise sur une croissance des ventes "à deux chiffres en 2022, mais aussi en 2023". L’année a plutôt mal commencé avec une baisse de 3 % sur un marché à -19 %.

 

L’effet nouveauté lié au Citan devrait toutefois produire son effet prochainement. Le cousin du Renault Kangoo sera décliné en diverses versions, dont une 100 % électrique avec l’eCitan espéré à 300 km d’autonomie. Viendront s’ajouter la Classe T, sa version familiale haut de gamme, et sa version électrique EQT.

 

"Nous entrons avec force sur ce segment de marché", prévient Stéphane Renault, directeur marketing de Mercedes-Benz Vans France. Au niveau du timing, la Classe T sera révélée le 26 avril prochain, tandis que l’EQT est prévu pour le second semestre. Le Citan L2, la déclinaison Mixto (cabine approfondie), et l’eCitan viendront également enrichir le catalogue dans la deuxième partie de l’année. D’ici là, la fourgonnette va recevoir une boîte automatique et enregistrer l’arrivée de nouvelles versions carrossées et aménagées.

 

Un autre temps fort de 2022 est l’arrivée du eVito avec sa nouvelle batterie de 60 kWh, qui lui permettra d'afficher une autonomie de plus de 300 km dans certaines versions. "Nous disposons ainsi d’un produit qui répond bien aux problématiques des clients et nous sommes désormais au niveau de nos concurrents", souligne Stéphane Renault.

 

Nouvelle plateforme VE en 2025

 

L’électrique sera d’ailleurs un axe de croissance fort dès cette année, et encore plus à l’avenir. Pour David Perdomo Hollatz, "il n’y a pas de croissance durable sans électrique". Mercedes-Benz Vans n’envisage pas d’autres alternatives comme le GNV ou l’hydrogène. La marque compte pour cela sur son offre de LLD Mobifleet pour promouvoir ses offres électriques et par la même occasion, protéger les valeurs résiduelles.

 

L’essentiel des investissements sont focalisés sur le VE avec en ligne de mire un Sprinter électrique nouvelle génération en 2023 qui a fait l‘objet de 350 millions d’euros d’investissements. Son autonomie sera "plus que doublée" par rapport à la génération actuelle (trois versions de batteries sont prévues) et plusieurs variantes de carrosseries seront au programme (fourgon tôlé, tourer, châssis...).

 

L’étape suivante est prévue pour 2025, date à laquelle une toute nouvelle plateforme dédiée aux utilitaires électriques verra le jour. Les ambitions seront alors encore plus fortes mais David Perdomo Hollatz tient à rassurer en précisant que des offres thermiques continueront à être commercialisées après cette échéance. 

Partager :

Laisser un commentaire

cross-circle