S'abonner

Mercedes Citan : un peu plus près de l'étoile

Publié le 26 octobre 2021

Par Gredy Raffin
6 min de lecture
L'utilitaire de Mercedes revient avec davantage de gènes de la marque allemande. Une volonté du service marketing pour convaincre les clients du segment des fourgonnettes, après un premier Citan aux résultats contrastés hors du marché domestique.
Le Citan a retenu deux moteurs diesel et un essence pour la France. ©Mercedes-Benz
Le Citan a retenu deux moteurs diesel et un essence pour la France. ©Mercedes-Benz

En un peu moins d'une décennie de carrière, quelque 160 000 exemplaires de Citan premier du nom ont été mis à la route.  Alors que les cadences augmentaient d'année en année, l'utilitaire de Mercedes a été freiné dans son ascension par la crise sanitaire. Sa meilleure performance commerciale restera donc celle de 2019 avec 26 500 unités, soit une pénétration approchant des 3 % sur le marché européen. Un bilan cependant décevant d'un point de vue global, car la déclinaison allemande du Renault Kangoo n'est jamais réellement parvenue à imposer sa marque en dehors du marché domestique.

 

Cette fois, Mercedes a durci le ton pour résister à la pression d'une concurrence devenue plus féroce, composée pêle-mêle de ses cousins, Renault Kangoo et Nissan Townstar, du Volkswagen Caddy, du Ford Transit Connect ou encore du trio Peugeot Partner, Citroën Berlingo et Opel Combo. Le Citan n'est plus un Kangoo rebadgé. Il aspire davantage à être un produit de la famille allemande, dans le style comme dans le bagage technologique. Sur le parc des concessionnaires, sa face avant ne dénote plus avec celles des autres modèles de la gamme utilitaire de Mercedes. Et à son bord, les habitués retrouveront les fonctionnalités les plus modernes. Stuttgart a notamment implémenté ses équipements de tableau de bord et son logiciel afin d'embarquer sa propre plateforme d'infodivertissement qui donne accès à l'interface MBUX, au système Hey Mercedes, au service Mercedes me ou encore à la navigation What3words, des plus pratiques pour les services de livraison en zone urbaine.

 

A lire aussi : Opel Combo-e : pour gagner en notoriété

 

Le Citan reflète la plus forte implication de Mercedes dans le projet de véhicule commun. "Nous nous sommes présentés avec un cahier des charges plus exigeant et nous avons su imposer nos conditions dans plusieurs domaines pour nous assurer que le résultat final sera à la hauteur des clients de la marque", raconte Stéphane Renault, le directeur marketing produit de la filiale française de Mercedes Vans. Outre la connectivité et le confort (les vitres ont été épaissies de 11 % pour diminuer les nuisances sonores, par exemple), la sécurité aussi prend le gène allemand. "Il était difficile de défendre l'ancienne génération auprès des clients car il n'était clairement pas aux standards", reprend un autre cadre de la maison mère. Désormais, le Citan n'a rien à envier aux dernières productions de la gamme VP sur le plan de la protection des passagers. En version Van, il compte déjà 6 à 7 airbags, ce qui le place dans les meilleurs de la catégorie.

 

Impasse sur les petits moteurs

 

Le service marketing a tiré les enseignements du relatif échec du premier opus. Mercedes a consulté ses clients et édité leur liste de vœux à considérer par l'équipe de développement en amont. Les outils télématiques en plus de la connectivité, la boite de vitesse automatique ou encore le système d'attelage sont autant d'attentes qui été ainsi prises en compte. Un passage obligé pour atteindre les objectifs fixés par la direction commerciale. Mercedes vise à dépasser la barre des 3 % de pénétration sur un marché qui reviendra à son niveau d'avant-crise dès 2024, selon les prévisions.

 

 

Le Citan gagne 180 mm sur sa longueur, dont 53 mm pour le seul espace de chargement dont le volume est annoncé à 2,9 m3. Notons qu'à l'inverse de Renault, Mercedes n'a pas souhaité supprimer le pilier B à droite pour proposer l'option "Sésame ouvre-toi". En termes de charge utile, la fourgonnette peut embarquer de 520 à 782 kg selon l'option retenue. Dans sa configuration de lancement, le Citan est disponible avec un empattement court. Plus tard dans le cycle de vie du produit, une alternative à empattement long fera son apparition. Une déclinaison indispensable pour un utilitaire qui, sans surprise, espère attirer les artisans, les professionnels du bâtiment et des métiers de bouche, mais aussi les prestataires de services divers.

 

A lire aussi : Fraikin se lance dans la location en libre-service

 

Sous le capot, Mercedes a choisi trois diesel et deux moteurs essence. "Nous n'adresserons pas les canaux où le prix est le premier levier de négociation, explique-t-on néanmoins au sein de la filiale française. C'est la raison pour laquelle nous n'avons pas retenu de petits moteurs ni défini de version dépouillée". La France fera donc l'impasse sur le bloc 108 CDI (55 ch) et le 110 essence (75 ch) pour restreindre choix aux 110 CDI (70 ch, 5 l/100 km et 131 g/km de CO2 selon le cycle WLTP), 112 CDI (85 ch, 5,3 l/100 km et 138 g/km de CO2) et 113 essence (96 ch, 6,4 l/100 km et 146 g/km de CO2). Tous les moteurs à l'exception du 108 CDI seront compatibles avec le la boite automatique à double embrayage et 7 rapports qui sera lancée en avril 2022, en complément de la boite manuelle à 6 rapports.

 

Le Citan Tourer laisse place au Classe T

 

La grille tarifaire se constitue de trois niveaux. En entrée de gamme, la version First s'affiche à 21 010 euros pour la motorisation essence et à 22 060 euros pour le 110 CDI. Ensuite, il faut compter 2 000 euros de plus pour accéder à la finition Pro et 2 205 euros supplémentaires pour la finition Select qui coiffe le catalogue. Une offre qui ne comporte pas la déclinaison Citan Tourer, tout du moins à l'intérieur des frontières hexagonales. Le transport de personnes sera en effet confié au Classe T attendu au premier semestre 2022 selon le calendrier arrêté. "Les clients français sont plus spécifiques en termes de besoins et le Classe T répondra mieux à ces attentes, éclaire un cadre du marketing de la maison mère. Il conviendra mieux aux familles, une cible pour qui la sécurité prend encore plus d'importance".

 

Tendances sociétale et industrielle obligent, Mercedes proposera, au second semestre 2022, une alternative électrique. Baptisée eCitan, elle sera dotée d'une autonomie de 285 km pour permettre à une large partie des clients de pouvoir travailler "2 à 3 jours" sans avoir à se brancher. "Nos études montrent que pour le moment cela va satisfaire la plupart d'entre eux. A compter de 2024 ou 2025, ils réclameront 50 à 100 km de plus et nous devons nous employer à préparer ce bond en avant", se projette la direction marketing de Mercedes Vans à Stuttgart.

 

Laisser un commentaire

cross-circle